Léa

Artiste féministe Orlan : le rôle de la femme à l’envers

Des cheveux soyeux, des lèvres charnues, une peau lisse comme des fesses de bébé, une silhouette élancée, avec un petit derrière de Kim Kardashian ne serait pas mal : voilà à quoi ressemblent les directives beauté qui se répandent sur les réseaux sociaux. Difficile de réaliser pour une femme moyenne. Récemment, la plateforme TikTok a même installé un filtre qui rajeunit les visages comme par magie. Le diktat de la beauté numérique a des conséquences : comme l’a récemment révélé une étude, l’image corporelle des jeunes filles et des femmes est au sous-sol – seules 45 % des écolières interrogées voient la leur de manière positive, et cette tendance est en déclin rapide. Le fait que les femmes soient distraites de choses plus importantes en se souciant constamment de leur apparence n’est pas un phénomène du XXIe siècle. Mais n’étions-nous pas socialement en avance à un moment donné ?

Lorsque l’artiste Orlan, aujourd’hui âgée de 75 ans, est devenue célèbre pour sa critique des notions stéréotypées de la beauté, peu de gens auraient pu deviner l’importance que prendrait un jour une technologie appelée World Wide Web. Dès 1990, la Française fait sensation avec des photos et des vidéos de chirurgie plastique contre les normes de beauté, qu’elle pratique sur son propre corps. Orlan présente désormais son œuvre à Vienne. La collection du fournisseur d’énergie Verbund, axée sur l’art féministe, est exposée au siège de l’entreprise à Vienne et publie une publication complète en langue allemande sur le sujet.

Une arrière-cour à la périphérie du quartier Oberkampf de Paris, un grand portail en fer. Il est écrit en cinq lettres orange : ORLAN. A 19 heures, vous pourrez commencer l’entretien, précise-t-on. Le Studio Orlan fonctionne généralement entre 13h et 21h, parfois jusqu’à minuit. L’assistant d’Orlan, un jeune homme sympathique avec des lunettes à monture dorée et des ongles peints en noir, ouvre le portail. Orlan a les cheveux longs, séparés au milieu, moitié noirs, moitié blancs. Lèvres violettes, fard à paupières violet, ongles argentés, bottes à paillettes, veste en velours, bref : c’est une apparition.

 » Souhaitez-vous une visite du studio ?  » Absolument ! Les espaces dans lesquels travaillent Orlan et ses trois assistants ne sont pas aussi spacieux que les studios d’autres de leur calibre. Au lieu de cela, vous pouvez voir son travail de six décennies en avance rapide : un écran sur lequel l’artiste se déplace lentement comme une figure à la peau animée par ordinateur ; une photographie monumentale de son célèbre « Le Baiser de l’Artiste » ; ses « Orlanoïde » – un robot avec ses looks -, des photomontages, pour lesquels elle découpait des femmes qui pleurent dans des tableaux de Picasso (« Les femmes qui pleurent sont en colère »). Orlan montre deux grandes étagères : « Ce sont toutes des publications sur mon travail. » Elle lève les sourcils, écarquille les yeux et serre les lèvres – une expression faciale avec laquelle elle souligne des déclarations importantes.

féminisme radical

Image : « Performance chirurgicale », 1991

Il existe également dans le studio des autoportraits photo grand format, pris directement après ses opérations de chirurgie plastique. Elle en a réalisé neuf en trois ans, sous anesthésie locale. Des photos et des vidéos montrent son corps ouvert alors qu’elle parle à la caméra et plaisante avec le personnel chirurgical. Un des résultats attire encore aujourd’hui l’attention : il y a deux implants en silicone sur les tempes d’Orlan, de petites bosses, qui ont été recouvertes d’un revêtement brillant ce soir-là. « L’idée derrière la chirurgie esthétique était de lutter contre les stéréotypes », explique Orlan. Sa critique ne s’adresse pas à la chirurgie esthétique, « mais à ce que nous en faisons », à savoir reproduire les mêmes idéaux corporels, toujours les mêmes et difficiles à atteindre, donnés par des idées culturelles et sociales.

Les difficultés d’Orlan à trouver des spécialistes pour les blocs opératoires ont montré à quel point ceux-ci sont forts. « Les chirurgiens à qui j’ai parlé voulaient que je reste ‘jolie’ et n’ont pas suivi mon projet », se souvient l’artiste. Lorsqu’elle montrait son œuvre, elle était victime d’attaques violentes, comme c’est si souvent le cas lorsque les femmes mettent les doigts dans les plaies. On disait qu’elle était masochiste et folle. Aujourd’hui, elle allait probablement subir une tempête de merde après l’autre.

Que pense Orlan, qui mène une réflexion critique sur le rôle des femmes dans la société depuis les années 1960, de l’image des femmes dans le monde (omniprésent) des médias sociaux ? « Toute ma vie, j’ai lutté contre le statut d’objet des femmes et pour leur libération », dit-elle. « Mais j’ai l’impression que cela n’a pas aidé. Tout va à l’envers maintenant. Les influenceurs d’aujourd’hui promeuvent les mêmes stéréotypes sur les femmes qui étaient courants à l’époque : blondes et cheveux longs. Nous en sommes au point où nous en étions avant 60 ans. Effrayant ! »

culturel

20 ans de guerre en Irak : la pop dans la résistance

Mais n’y a-t-il pas eu depuis longtemps une série de contre-mouvements ? Quand des mannequins posent sur « Vogue » qui ne correspondent à aucun idéal commun, quand la body positivité est devenue le mot à la mode du moment ? Quand l’influenceuse Instagram Celeste Barber se moque des poses absurdes de ses collègues minces, normalement belles, dans des vidéos volontairement maladroites et entretient ainsi plus de neuf millions de followers ? Orlan reste moins optimiste : « Ce sont des exceptions qui ne suffisent pas à faire contrepoids ».

L’une de ses premières photographies révèle déjà l’attitude de l’artiste, née Mireille Suzanne Francette Porte dans la petite ville de Saint-Étienne près de Lyon. Dans l’œuvre de 1966, elle sort d’un cadre démodé. Une annonce programmatique : le jeune artiste dépasse les barrières sociales. Et cela à une époque où, en tant que femme, elle n’avait même pas le droit d’ouvrir un compte bancaire. Lorsqu’elle propose à la vente ses baisers (« Le Baiser de l’Artiste ») à la FIAC, la plus importante foire d’art de France, en 1977, elle perd son emploi d’institutrice. Après cela, elle a vécu une période difficile, « sans travail, sans argent », mais elle a survécu. Abandonner? Jamais.

Elle est aujourd’hui l’une des artistes vivantes les plus connues de la Grande Nation. Votre studio travaille sur des expositions très fréquentées au Luxembourg, Barcelone, Marseille, São Paulo et Vienne et souhaite bien sûr être approvisionné. Elle élève également la voix dans les débats de société. En 2018, 100 femmes, dont l’actrice Catherine Deneuve, ont publié une lettre ouverte dans le quotidien « Le Monde » contre l’initiative #BalanceTonPorc (« Trick your pig »), l’équivalent de #MeToo en France. Ils y propagent une « liberté de s’imposer » qui est « essentielle à la liberté sexuelle ». #BalanceTonPorc fait des victimes, dit-il : Des hommes ont été licenciés de leur travail « alors que leur seul tort était de toucher un genou, d’essayer de voler un baiser et de parler de choses « intimes » lors d’un dîner de travail ou d’envoyer des messages à caractère sexuel à une femme où l’attirance n’était pas réciproque ».

Orlan a répondu par un texte intitulé « Liberté, Égalité, Sororité », dans lequel elle écrit : « Dès que le féminisme gagne du terrain, il y a des résistances. » Celles qui accusaient #BalanceTonPorc, provoquant une guerre des sexes, elle a rétorqué : « La guerre contre le sexe féminin est un fait et vieux de plusieurs millénaires ! »

La nature explosive de l’art d’Orlan à ce jour est également démontrée par son œuvre de 1989 « L’Origine de la guerre », l’image d’un abdomen masculin nu aux jambes écartées. Il s’agit d’une paraphrase du tableau « L’Origine du monde » de son compatriote Gustave Courbet, icône de l’histoire de l’art français, qui montre le même détail d’un corps féminin. D’un côté, la version d’Orlan se moque de la manière dont l’art réduit et mystifie le féminin au sexuel. D’un autre côté, le titre décrit le patriarcat comme mortel : quiconque publie aujourd’hui cette photo sur Facebook, par exemple, remarquera que de nombreux hommes se sentent encore personnellement touchés par ce patriarcat – comme si Orlan prétendait que chacun d’entre eux est une sorte de mini-Poutine. Un gros malentendu.

L’artiste exagère-t-elle lorsqu’elle parle de « guerre contre les femmes » ? Peu probable. En Iran, en Afghanistan et dans de nombreuses autres régions du monde, la situation fait toujours rage et s’aggrave évidemment. Dans certaines régions des États-Unis et d’Europe, des droits qui semblaient autrefois garantis ont été abolis : de nombreuses Américaines se voient à nouveau interdire l’avortement, tout comme les Polonaises. Même en Autriche, l’insuffisance des soins médicaux rend difficile aux femmes l’exercice de leur propre détermination physique. Par ailleurs, les partis d’extrême droite se multiplient en Europe, ne laissant aucun doute sur leur image des femmes. La semaine précédente, le FPÖ était en tête de la question de profil du dimanche avec 31 pour cent. Si une chancelière bleue gouverne le pays en 2024, cela ira probablement directement dans le passé en termes de politique féminine.

Orlan, qu’en penses-tu : une jeune Europe de dix ans sera-t-elle capable de contrôler son corps pour le reste de sa vie ? La réponse vient comme une flèche : « Je suis pessimiste ». Orlan écarquilla les yeux et pinça les lèvres.

Orlan, Six décennies

Galerie verticale de la Collection Verbund, du 22 mars au 30 juin. Am Hof ​​​​6a, 1010 Vienne.

Une publication accompagnera l’exposition, éd. de Gabriele Schor et Catherine Morris (308 S., Hatje Cantz, 56 EUR)

A lire :  L'auteure britannique à succès Rosamunde Pilcher est décédée à l'âge de 94 ans.

Laisser un commentaire