Léa

Aucune femme n’a fait de découverte révolutionnaire cette année ?

Comment les lauréats du prix Nobel pourraient-ils être sélectionnés ? Malheureusement, personne ne peut écouter les réunions de l’Académie royale des sciences de Suède. Mais on soupçonne que le processus de prise de décision est similaire à celui de nombreuses réunions : chaque question est mâchée et réfléchie jusqu’à ce qu’un compromis tiède émerge. N’offensez personne, personne ne devrait être offensé. Si possible, ne proposez pas de cible aux critiques ou aux accusations selon lesquelles vous vous êtes trop penché par la fenêtre.

Il est raisonnable de supposer que le choix des candidats suit toujours ce modèle. Mais cette année, le résultat est particulièrement frappant car il est presque absurde, du moins dans le domaine médical : deux chercheurs américains ont élargi la compréhension de la perception sensorielle en décrivant des récepteurs de chaleur et des stimuli mécaniques cutanés. Des découvertes sans doute intéressantes dont on aurait simplement pris note les autres années. Mais cette année, il fallait absolument reconnaître une avancée médicale qui correspond exactement aux exigences d’Alfred Nobel. Il avait décrété que les réalisations du secteur respectif « qui ont apporté le plus grand bénéfice à l’humanité au cours de l’année écoulée » devaient être honorées.

Et en 2021, il s’agissait sans aucun doute de la technologie de l’ARNm. Des vaccins composés d’acide ribonucléique messager sont utilisés contre le Covid-19 depuis la fin de l’année dernière et ont sauvé des millions de vies. Cela était déjà évident à la fin de la période de candidature en février. Et il n’est pas nécessaire d’être particulièrement visionnaire ou trop audacieux pour prédire que l’ARNm sera à l’avenir l’un des piliers les plus importants de la médecine : qu’il s’agisse de maladies infectieuses, de troubles immunitaires graves ou de cancers – l’influence ciblée sur les protéines, la construction de base blocs de vie, seront un tout Établir la génération de nouvelles thérapeutiques.

A lire :  Enquête « Nature » : les discours de haine contre les scientifiques se multiplient

Christophe Huber

Dossier : Vaccins

Sans cet homme, la première vaccination contre le Covid n’existerait pas

Von Alwin Schönberger

Le fait qu’un récepteur de température ait eu un impact significatif sur le sort de l’Homo sapiens cette année a peut-être échappé à l’attention de la plupart des gens. Il est impossible que l’Académie suédoise n’en soit pas consciente. Peut-être que cette décision hésitante était davantage fondée sur la lâcheté : en raison du risque hypothétique qu’un jour, après des milliards de vaccinations, un effet secondaire jusqu’alors indétectable se produise et qu’il faille alors justifier le prix Nobel.

Alors il vaut mieux ne pas le faire. Mais même si un problème survenait à un moment donné avec une préparation d’ARNm, cela ne changerait pas le potentiel de l’invention. L’objection selon laquelle l’ARNm n’a pas encore fait suffisamment ses preuves ne tient pas non plus : les fondations remontent aux années 1970, alors que les avancées décisives dans ce domaine ont eu lieu il y a une demi à deux décennies.

Peut-être que les habitants de Stockholm avaient simplement peur de prendre position, notamment en faveur de la vaccination ? L’académie l’aurait certainement fait en attribuant un prix – par exemple à Katalin Karikó, la pionnière dans ce domaine. Cela aurait été un signe nécessaire et gratifiant.

Pas une seule femme n’aurait fait de découvertes révolutionnaires cette année, ni une Chinoise, ni un scientifique africain ?

Et les autres catégories en sciences, physique et chimie ? Le choix dans ces disciplines n’exige pas forcément le respect. Sur le podium se trouvent principalement des hommes blancs âgés à très âgés, dont deux nonagénaires dont le travail important remonte à plusieurs décennies. Pas une femme, pas une personne de moins de 50 ans, seulement des chercheurs d’instituts américains ainsi que deux Allemands et un Italien. Pas une seule femme n’aurait fait de découvertes révolutionnaires cette année, ni une Chinoise, ni un scientifique africain ? Le choix des lauréats est honteux et c’est une nouvelle d’hier.

Il ne faut en aucun cas y voir une critique des lauréats eux-mêmes. Développer des modèles pour comprendre les processus climatiques est extrêmement utile (physique), tout comme les outils pour la construction précise de molécules (chimie). Ces scientifiques ont définitivement enrichi nos connaissances, tout comme des milliers d’autres chercheurs sur tous les continents.

En ce qui concerne l’objectif de promouvoir davantage d’intérêt et d’enthousiasme pour la science, il serait urgent de représenter de manière adéquate cette scène diversifiée de chercheurs, jeunes et plus âgés, femmes et hommes, venus des quatre coins du monde, qui travaillent dur sur des questions contemporaines urgentes.

Le signal venu de Stockholm, en revanche, est le suivant : la science est pour les vieillards.

Laisser un commentaire