Léa

Badass et anarchistes : Les BD de l’été

C’est enfin le temps des vacances. Et oui, vous pouvez lire confortablement sur la plage, au bord du lac, au bord de l’étang de gravier. Et oui, c’est le bon moment pour lire des livres longs, importants et passionnants dont vous ne manquerez jamais autrement. Par exemple, le livre fantastique « Les somnambules » par l’historien Christopher Clark sur la Première Guerre mondiale. Ou le livre du prix Pulitzer de Donna Tartt « Distelfink ». Ou celui de Robert Hilburn Biographie de Johnny Cash. De bons livres, captivants et intelligents.

Et puis il y a des livres comme Intelligent astucieux. Des histoires inutiles, idiotes et semi-drôles qui racontent l’histoire de deux agents qui sautent de faux pas en faux pas et sauvent le monde entre les deux. Carlsen Verlag a réédité les éditions de la légendaire bande dessinée de l’illustrateur espagnol Francisco Ibáñez. Fred Clever et Jeff Smart tombent sur des histoires portant des noms comme « Ne vous inquiétez pas, nous sauverons le monde », « Nous apporterons des fournitures pour la prison » et « The Asphalt Safari ». C’est souvent drôle à rire, le langage est parfois maladroit, mais toujours tellement stupide que les bandes dessinées font office de lecture estivale idéale. Parce que le reste de l’année est de toute façon assez sérieux.

Anarchiste entre guillemets, Jan Bachmann, Edition Moderne, 96 pages, 19,00 EUR

La vie allemande se situe quelque part entre le sérieux du quotidien et la légèreté de l’été. L’anarchiste Erich Mühsam (1878-1934). À partir du journal de Mühsam, l’illustrateur suisse Jan Bachmann retrace le séjour de Mühsam dans un sanatorium à l’automne 1910. Il le fait avec humour et amour, avec un regard emphatique sur l’anarchiste névrosé qui tente d’attirer l’attention des femmes avec ses poèmes et de tenir à distance sa famille paternaliste. Le « Anarchiste entre guillemets », comme Mühsam lui-même l’a décrit, impressionne non seulement par ses illustrations réussies, mais est également un bon compagnon tout au long de la période précédant la Première Guerre mondiale. Les salons politiques, les idées sociales et la vie Bobo avec le vin et le tabac dominent les pages. Mais plus tard dans sa vie, les choses devinrent plus inconfortables pour Mühsam : peu après l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933, il fut arrêté par les SA et tué dans le camp de concentration d’Oranienburg en 1934.

A lire :  Prix ​​d'État de la critique d'art

Laisser un commentaire