Léa

Bon début de la 79e Mostra de Venise : Douleur des femmes

Deux femmes de douleur ont dominé les premiers jours de la 79e Mostra internazionale d’arte cinematografica au Lido, le plus ancien festival de cinéma du monde. L’une de ces femmes, son nom est Vera, a acquis un extérieur rude pour ne pas donner trop d’ampleur à sa solitude ; Elle est actrice et au début de la cinquantaine, mais les emplois sont rares. Avec son visage qui porte les traces de plusieurs interventions chirurgicales esthétiques plutôt contre-productives, Vera ne reçoit pratiquement aucune commande. Cela ne lui sert pas à grand-chose de faire impression étant donné qu’elle est la fille du grand héros occidental italien Giuliano Gemma (1938-2013). Elle n’arrive pas à suivre son charisme mythique.

L’autre de ces deux femmes est bien plus puissante : Lydia Tár, interprétée par Cate Blanchett, jouit d’une réputation internationale de chef d’orchestre. Elle va et vient entre les concerts, les missions d’enseignement et les séances d’enregistrement, s’affirmant face aux orchestres, aux collègues et aux officiels. Elle est éloquente, égocentrique et prétentieuse parce qu’elle peut se le permettre. Sa compagne (Nina Hoss), violoniste qui travaille également dans la musique classique, reste en retrait et tire les ficelles selon ses besoins.

Lydia Tár est un personnage fictif créé par l’auteur et réalisateur américain Todd Field, qui la transforme en anti-héros toxique dans son drame complexe « Tár ». Vera Gemma, en revanche, existe bel et bien, même si le duo de réalisateurs autrichiens qui en a fait leur personnage principal continue de fantasmer gentiment sur sa véritable biographie. « Vera » tourne autour d’une héroïne qui souffre à bien des égards et qui devient victime de jeunes hommes qui l’exploitent, mais qui se révèle être une survivante et pas seulement une victime ; dans « Tár », la protagoniste prend le chemin inverse : d’agresseur, elle devient une ex-star ostracisée via une tempête de merde en ligne. Avec les mêmes qualités de stand-up.

A lire :  L'amère dispute juridique entre Manker et le "Südbahnhotel Kultur"

Tizza Covi et Rainer Frimmel (« La pivellina » ; « Notes from the Underworld »), dont « Vera » a été présentée dans le morceau parallèle finement organisé « Orizzonti », poursuivent leur style désormais établi : dans des compositions captivantes photographiées (Covi/Frimmel essentiellement tournés uniquement avec du matériel cinématographique analogique), ils développent d’une manière étonnamment simple un portrait cinématographique qui semble initialement documentaire en un récit de fiction dans lequel le « réel » est inextricablement lié à l’« artificiel ». Et ils parviennent à raconter l’histoire d’une femme que, finalement, on regarde avec des yeux complètement différents.

La production de Todd Field est bien moins directe, plus rébarbative dans sa forme (pourtant fascinante). Afin de trouver une dramaturgie harmonieuse pour son film, il a appelé Vienne et a embauché la monteuse Monika Willi, qui a monté la quasi-totalité de l’œuvre de Michael Haneke. Et en fait, malgré des séquences orchestrales grandiloquentes et des photographies d’art impressionnantes, « Tár » ne peut nier l’influence de Haneke : les styles narratifs elliptiques et les grands espaces d’interprétation parlent d’eux-mêmes.

Les choses sont moins sérieuses dans la production Netflix qui a ouvert le festival mercredi dernier : l’adaptation par Noah Baumbach du roman postmoderne « White Noise », publié en 1985 par l’écrivain américain Don DeLillo, catapulte son public dans l’ère réinventée aux couleurs vives du années 1980, afin d’exposer, avec un ensemble visiblement ludique (Adam Driver, Greta Gerwig, Don Cheadle), les nombreux événements d’actualité aux allures presque prophétiques que l’on retrouve dans le livre : la folie médiatique, les théories du complot, la panique apocalypse et les abîmes de la vie académique. « White Noise » est à la fois serein, épuisant et visionnaire.

Laisser un commentaire