Léa

C’est pourquoi l’art et la culture sont plus que jamais d’actualité

Certes, la situation actuelle semble un peu déprimante au sein de nombreuses institutions culturelles : les rangées de spectateurs dans les théâtres, les opéras et les cinémas sont peu occupées, même les expositions à succès suscitent beaucoup moins d’intérêt que prévu et la lutte pour la pertinence politique est l’une des plusieurs Un monde frappé par la crise conduit à une adaptation consciencieuse des sujets et à des corrections de cap irritées non seulement dans les conférences de gestion, mais aussi dans l’offre culturelle.

Mais il en est ainsi en période de confusion politique et écologique ; L’art réagit à l’insécurité fondamentale du présent à sa manière spécifique : il nous renvoie cette insécurité en essayant d’en saisir le noyau dans des images drastiques et des mises en scène ambiguës. Les complications que cela crée peuvent frustrer ceux qui s’y tournent pour une orientation stable et une éducation cardiaque, mais elles ne sont pas une raison pour supposer, comme c’est le cas ces jours-ci, que la culture dans son ensemble perd immédiatement de sa pertinence. Bien entendu, la perte notable de public constitue un défi majeur, surtout économique, pour toutes les entreprises culturelles. Mais depuis quand la substance à long terme des œuvres artistiques se mesure-t-elle uniquement en termes d’audience, d’accès en ligne et de vente de billets ?

L’hésitation du public, qui cherche des lignes directrices dans un monde en transformation, et la nouvelle distance, peut-être « saine », par rapport à une consommation culturelle décomplexée ne sont pas difficiles à expliquer : les conséquences d’une pandémie dont on ne peut pas encore prévoir la fin. Évidemment : la pratique de la culture à distance, qui dure depuis près de trois ans, a naturellement pour conséquence la possibilité désormais bien établie de recourir à la culture à domicile. Le réflexe pré-pandémique d’être en mouvement culturel, auquel il n’était pas nécessaire de réfléchir longtemps, a cédé la place à une approche très sélective de l’art (et à un monde extérieur viral et inflationniste dans son ensemble). Vous êtes prêt à supporter le risque d’une infection et d’un déficit budgétaire – mais seulement s’il n’y a pas d’autre option. Ce n’est pas que de mauvaises nouvelles : si la décision de se lancer dans l’art doit être prise de manière plus consciente et scrupuleusement, elle peut aussi être vécue avec plus de passion.

A lire :  Le rappeur Yasmo sur le confinement dû au Corona : 10 000 pas

Tout le monde ne partage pas ce doux optimisme. L’auteur viennois Fabian Burstein fait partie des nouveaux sceptiques culturels ; dans son essai récemment publié « La conquête de la tour d’ivoire » (paru aux Editions Atelier), il polémique contre un monde de l’art prétendument paralysé qui ne comprend plus le monde. Il qualifie ses déclarations de « pamphlet pour une meilleure culture » et appelle à une nouvelle réflexion sur l’état et le concept de culture. Il y a certaines choses avec lesquelles nous sommes d’accord, comme son indignation face aux modalités opaques de nomination et aux scandales culturels bizarres. Et, comme il l’écrit, les institutions culturelles ne sont peut-être plus des institutions morales, mais doivent-elles l’être ? Burstein assimile la morale politique pourrie à la morale culturelle – et flaire l’abus de pouvoir, le gaspillage de subventions, le chauvinisme et la corruption, fantasmant sur une industrie culturelle qui n’a rien à offrir aux jeunes ou aux personnes socialement défavorisées.

La « tour d’ivoire de la haute culture », que Burstein fustige et que « nous » devrions reconquérir (comme si elle parlait pour « nous tous »), n’est qu’une variété de « culture » qui a depuis longtemps cessé de se définir. Comme s’il n’y avait plus de pop, pas d’underground, pas de culture bourgeoise pédagogique. Et puis il évoque l’argument ardent selon lequel une production artistique financée par l’argent des contribuables devrait servir « tout le monde » et être « utile ». « La culture est le cadre dans lequel nous négocions des sujets socialement pertinents en utilisant des moyens artistiques. » Le « contenu qui en résulte » doit « être compréhensible pour toutes les couches de la population ».

Bien sûr, l’art contemporain n’a pas pour vocation d’être « incompréhensible », qu’y gagnerait-il ? Chaque force créatrice du monde de l’art – qu’elle fouille ses systèmes de grottes ou qu’elle s’intéresse à la culture représentationnelle – s’efforce de communiquer avec un public potentiel. En contrepartie, il serait absurde d’obliger les travailleurs culturels à travailler de manière « globalement efficace ». Les grandes œuvres d’Antonin Artaud, Anton Webern, Marguerite Duras et Valie Exports ne sont pas et n’étaient pas « compréhensibles par toutes les couches de la population », ce qui n’enlève rien à la portée historique de ces œuvres. Et une nation culturelle qui ne veut pas s’offrir quelque chose de volumineux sur le plan artistique ne mérite pas ce nom. Lorsque vous faites de l’art, vous ne pouvez pas consacrer vos ressources à l’effort inutile de toucher tous ceux qui ne veulent pas du tout s’engager dans l’art. L’éventail de la culture, depuis la culture populaire jusqu’à la culture conceptuelle, est déjà énorme. Chacun peut l’utiliser, s’enrichir et s’éduquer (ou le laisser tranquille) L’art ne devient pas « hors de propos » parce qu’il est difficile à comprendre ou mal « visité » à court terme.

Le secteur culturel occidental peut encore être accusé de bien des choses et devrait même être attaqué par des critiques productives ; car il y a une perte d’actualité réelle et perceptible, mais elle ne touche pas la culture dans son ensemble, mais plutôt deux aspects secondaires : la politique culturelle et la critique culturelle ; L’un cède de plus en plus à la pression du populisme et aux contraintes budgétaires, l’autre a perdu sa réputation face à la concurrence écrasante des médias sociaux. Mais l’impact politique et les idées utopiques qui prennent forme dans l’art restent intacts. Et surtout dans la culture pop, les tactiques de divertissement sont souvent combinées à une forte ambition créative et idéologique : un exemple de divertissement mondial est un film comme « Black Panther : Wakanda Forever », qui attire un public adolescent de plusieurs millions de personnes grâce à du matériel éducatif antiraciste et féministe. cela ne contredit pas son devoir d’amuser réalisé et façonné.

« Black Panther : Wakanda Forever » de Marvel : Götterdämmerung

Von Stefan Grissemann

Quiconque fait de l’art agit politiquement parce qu’il intervient : le pianiste allemand Igor Levit, par exemple, utilise sa renommée de musicien pour militer contre l’antisémitisme et pour l’intégration des réfugiés. Et lorsque le street artiste anonyme Banksy laisse ses photos dans les zones de crise du monde, il attire l’attention sur ce qui a été réprimé. L’interférence fait partie de la pratique artistique ; Cela est particulièrement évident dans l’art interventionniste radical que Christoph Schlingensief, inspiré par Joseph Beuys, a pratiqué tout au long de sa vie. Ce n’est pas un hasard si ceux qui luttent pour prendre conscience de la catastrophe climatique imminente ont choisi les musées d’art comme lieux centraux de leur engagement (même s’ils estiment qu’il s’agit avant tout de lieux d’évasion esthétique) ; Les dommages fictifs causés à un tableau sont une image appropriée de la ruine progressive de cette planète, car toute œuvre d’art forte est un monde en soi, un microcosme vulnérable.

Ex negativo, la pertinence intacte de l’art peut également être vue dans la Documenta de cette année, qui est devenue un sujet médiatique à la suite d’allégations d’antisémitisme contre le collectif de dirigeants indonésiens. L’art est essentiellement antitotalitaire, car la liberté dans laquelle il ne peut surgir et l’individualisme qui y est célébré sont diamétralement opposés à l’idée d’oppression et de tyrannie, voir « L’esthétique de la résistance » de Peter Weiss (1971-81). ). Aucun mouvement conservateur de contre-art n’y changera rien. L’artiste chinois Ai Weiwei résume ainsi la relation entre culture et révolution : « La révolution n’est pas artistique, mais l’art peut être révolutionnaire. »

Changer le monde à grande échelle est un objectif présomptueux, mais chaque expression artistique transforme ceux qu’elle atteint, même dans la moindre mesure. L’art stocke et dévoile l’histoire, rendant visible quelque chose qui ne peut être vu à l’œil nu. Et quoi de plus pertinent en période de turbulences que la capacité d’analyse et la valeur du savoir ?

Laisser un commentaire