Léa

Chancellerie fédérale : scandale autour de la commission consultative du cinéma

Environ 3 000 signatures ont été recueillies rien qu’au cours des sept premiers jours après qu’IG Filmkultur a envoyé une lettre ouverte au ministre de la Culture Gernot Blümel. Thème : la nouvelle composition des comités d’experts du Département II/3 de la Chancellerie fédérale (BKA), chargés de promouvoir « des projets innovants dans le domaine des longs métrages, des documentaires, des films d’animation et des films expérimentaux ». La décision de Blümel de nommer des personnes sans aucune expérience des formats de films expérimentaux au sein des comités consultatifs du cinéma du BKA a suscité l’irritation de l’ensemble de l’industrie. L’enjeu n’est rien de moins que la réputation internationale de premier ordre des productions autrichiennes d’avant-garde et innovantes à petit budget dans les catégories des documentaires, des films d’animation, des courts et des longs métrages.

Appel mondial

Pour comprendre de quoi il s’agit réellement, il faut garder à l’esprit le rayonnement mondial des films de Peter Tscherkassky ou de Johann Lurf, dont les œuvres – largement inaperçues dans leur propre pays – reçoivent régulièrement une centaine d’invitations internationales, parfois très réputés, les films génèrent des festivals. Mais des productions extraordinaires, comme le documentaire d’art féministe formellement inventif « Elle est l’autre point de vue » (réalisatrice : Christiana Perschon), qui vient de sortir au cinéma, dépendent et étaient tributaires du financement du département cinéma du BKA, qui reçoit un 2,2 millions de dollars par an (déjà maigres) seront alloués à des projets artistiquement appropriés.

De nouveaux conseils consultatifs sans expertise en matière de cinéma innovant

Sous la direction de Barbara Frängen, chef de département de longue date, qui agit toujours avec prudence et dans l’esprit de l’art, Blümel a sélectionné pour les deux comités consultatifs – l’un responsable des productions cinématographiques, l’autre du financement des festivals – des personnes travaillant dans le domaine sur lequel elle travaille depuis plusieurs années. Ils sont censés faire des recommandations de financement, n’ont aucune expertise, mais représentent des visions du monde proches du gouvernement. Le producteur Oliver Auspitz a gagné son argent avec des séries comme « Schnell identifié » et des films de tabloïd comme « Anna Fucking Molnar » – et la mini-série télévisée « Maximilian » (2017), à laquelle Gernot Blümel a demandé à propos de son « film » Austro préféré, a seulement mentionné publiquement il y a quelques semaines. L’acteur Hannes Fretzer, qui est jusqu’à présent resté sous les radars de tous en tant que réalisateur de courts métrages amateurs (des extraits sont disponibles en ligne), et le producteur Alexander Glehr, qui travaille chez Novotny Film et produit principalement des films grand public, l’entourent. Il ne reste donc que Barbara Kaufmann et Dariusz Krzeczek de l’ancien comité consultatif du cinéma ; ils sont désormais minoritaires.

A lire :  "Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné au Festival de Vienne, M. Mailath-Pokorny ?"

Conversion vers le mercantilisme télévisuel

On peut pour le moins se demander si ce comité consultatif sera en mesure de recommander des projets « d’intérêt suprarégional, exemplaires et à caractère innovant » (selon la loi sur le soutien à l’art). Avec le partisan par intérim de Kurz Serge Falck et l’auteur musical Peter Hofbauer, il y a aussi le comité consultatif du festival, dans lequel siège une seule personne du domaine, l’exploitant du bar de piscine Herwig Bauer (comme Kaufmann et Krzeczek, il a dû être pris issu de l’ancien comité consultatif), sans aucun doute doté d’un personnel plus compétent. La scène cinématographique autrichienne – et avec elle les groupes de défense des arts visuels, qui pourraient être menacés par une situation similaire – est en proie à l’inquiétude et à la tourmente. Pour de bonnes raisons : la restructuration du financement du cinéma vers le commercialisme télévisuel a commencé. Le cabinet du ministre n’a pas pu ou voulu répondre à une demande de profil sur le sujet depuis jeudi la semaine dernière.

Laisser un commentaire