Léa

Contradictions dans l’affaire Agnès Husslein

Lorsque Hans Wehsely, président du conseil d'administration du Belvédère, a rendu public un communiqué de presse à la mi-juin, il a bénéficié d'une large couverture médiatique. Des accusations contre la patronne du Belvédère, Agnès Husslein, ont été portées devant le conseil d'administration ; Elle n’aurait pas respecté les directives de conformité. Le processus de renouvellement de son mandat, alors en cours, a été interrompu. Bien entendu, le Conseil d’administration n’aurait en aucun cas été obligé de divulguer ces événements de manière aussi agressive aux médias. Cela a causé d'énormes dommages publics au réalisateur. Bien entendu, les accusations ne se sont pas révélées infondées.

Libération du représentant autorisé

La personne même qui a dénoncé les violations de Husslein – l'ancienne représentante autorisée du musée, Ulrike Gruber-Mikulcik – a, comme indiqué, été relevée de ses fonctions le 14 juillet. Une lettre du directeur adressée à Gruber-Mikulcik, dont Profil dispose, montre désormais que le conseil d'administration a approuvé ceci : « En accord avec le conseil d'administration de la galerie autrichienne Belvedere, nous révoquons par la présente la procuration qui vous a été accordée avec effet immédiat. effet », dit-il.

Gruber-Mikulcik a immédiatement fait appel à son avocat Georg Schima, qui a écrit une lettre au conseil d'administration. Il y exprime sa surprise face à son consentement. En fin de compte, le mandataire a rempli son obligation officielle, « des manquements massifs aux devoirs et des violations de la loi de la part du directeur Dr. Husslein-Arco doit être porté à la connaissance de l'organe de surveillance compétent du musée. Le PDG Wehsely déclare maintenant au profil : « Le conseil d'administration était et est d'avis qu'en raison des divergences incontestables entre Ulrike Mikulcik-Gruber et Agnès Husslein, il fallait tirer des conséquences. » Néanmoins, les actions du conseil d'administration semblent de plus en plus contradictoires et impénétrables.

A lire :  Stefan Grissemann : Salles de panique

Laisser un commentaire