Léa

Cyberama de Thomas Vašek Le numérique fait mal au cul

Ça sonne, bipe et bourdonne partout. Dans le métro, au bureau, je suis au restaurant. Certaines personnes parlent au téléphone et envoient des SMS pendant le dîner, d’autres font exploser le métro avec de la musique. Bruit de bataille un jeu sur console. Sans oublier ceux dont les téléphones portables diffusent une mélodie occidentale pendant des minutes parce qu’ils ne retrouvent plus ce foutu appareil. Bien entendu, la technologie n’est pas en cause. Ce sont des gens qui ne savent évidemment pas comment se comporter dans l’espace public sans déranger leur entourage. Appelons-les des emmerdeurs numériques. Chaque enfant apprend qu’on ne parle pas la bouche pleine. De même, il va sans dire que vous ne le faites pas Facebook messages tout en levant un verre. D’une part, il s’agit de ne pas déranger les autres. D’un autre côté, nous devons accorder toute notre attention aux personnes avec lesquelles nous communiquons. Dans les deux cas, c’est finalement une question de respect. Plus les technologies mobiles pénètrent la vie quotidienne, plus les conventions sociales qui régulent les interactions numériques deviennent importantes. Juste fait Google « Règles d’étiquette » pour l’utilisation de vos lunettes de données lunettes Google publié, pour de bonnes raisons. L’acceptation des lunettes dépendra de la manière dont les gens les utiliseront dans les espaces publics. Selon le code de conduite de Google, vous devez expliquer les fonctions des lunettes aux personnes concernées ou demander l’autorisation avant de filmer d’autres personnes avec. Et dans certaines situations, il est préférable d’enlever ses lunettes, par exemple lors d’un dîner romantique. Bien sûr, il a Google intérêt commercial à garantir que les utilisateurs de Glass se comportent bien. Mais le code de conduite constitue en outre un pas dans la bonne direction. La devise de la campagne peut également être transposée à l’utilisation d’autres appareils mobiles : « Ne soyez pas un trou de verre ». Qu’en pensez-vous ?

A lire :  L'amour des mathématiciens pour le tableau noir et la craie

[email protected]

Laisser un commentaire