Léa

Cyberama de Thomas Vašek Shopping-Cyborgs

Le shopping est un plaisir merveilleux, d’une part. Vous vous promenez dans les rues, repérez quelque chose dans la vitrine, discutez avec des vendeurs. Vous pouvez regarder les produits, les toucher et les comparer avec d’autres, qu’il s’agisse d’un téléphone portable ou d’un rouleau de papier toilette. L’inconvénient est que vous finissez par trimballer d’énormes sacs chez vous et ne savez pas si vous auriez pu obtenir les produits beaucoup moins chers ailleurs. Par exemple Amazone. Le plus grand détaillant en ligne au monde souhaite désormais combiner les avantages du monde du shopping analogique et numérique. L’application Amazon « Flow » pourrait changer radicalement notre façon de faire nos achats : vous entrez dans n’importe quel magasin, placez l’appareil photo de votre smartphone devant un produit – et vous obtenez la page correspondante Amazone affiché où vous pouvez commander les marchandises immédiatement. L’application n’a pas besoin de code-barres, mais reconnaît les produits en fonction de leur apparence. « Acheter de manière analogique » et acheter numériquement : cette pratique en tant que telle n’est pas nouvelle. C’est ce qu’on appelle le « showrooming » : les magasins traditionnels deviennent des espaces d’exposition où l’on se contente de regarder les produits. Vous achetez ensuite en ligne, là où c’est le moins cher. Cependant, la nouveauté de « Flow » est qu’il simplifie ce processus. Amazone utilise le trading analogique comme une sorte de vitrine pour votre propre entreprise sans payer pour cela. D’une part, c’est injuste. D’un autre côté, l’application « Flow » crée également plus de concurrence car elle permet des comparaisons de prix immédiates. Cependant, les propriétaires d’entreprise ne trouveront probablement pas drôle si les acheteurs supposés scannent leurs offres avec l’application Amazon. Il sera difficile d’interdire les smartphones en magasin. Mais il existe peut-être une solution de marché : les magasins pourraient facturer aux clients potentiels un droit d’entrée, c’est-à-dire un prix pour le simple plaisir de faire du shopping. Qu’est-ce que tu en penses?

A lire :  Le froid est-il dangereux pour les patients cardiaques ?

[email protected]

Laisser un commentaire