Léa

Cyberama par Thomas Vašek Chemin de fer le plus haut

L’Internet était autrefois complètement différent de ce qu’il nous apparaît aujourd’hui, même si son noyau n’a pas du tout changé. Quiconque comprend cela comprendra également mieux ce qu’est réellement Internet. Entre septembre 1969 et le milieu des années 1970, Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network) a commencé ses opérations : un réseau informatique décentralisé permettant l’échange de données sur des lignes téléphoniques. Développé pour le compte de l’armée américaine, il était destiné à relier les universités américaines menant des recherches militaires. L’aspect révolutionnaire d’Arpanet était la technologie de commutation de paquets – une méthode de transmission efficace dans laquelle les messages plus longs sont divisés en paquets de données individuels qui traversent le réseau séparément.

Cela reste encore aujourd’hui le cœur d’Internet. Internet n’est pas le Web. Il s’agit simplement d’une infrastructure technique, comparable à un réseau ferroviaire. Les sites Internet ne constituent qu’une partie du trafic de données. Les e-mails et les appels Skype passent également par Internet
Mises à jour Facebook ou diffusion de musique et de films. Le réseau lui-même n’est donc ni bon ni mauvais : il peut être n’importe quoi. Ce qu’est le réseau est déterminé par ceux qui l’utilisent. Qui à Amazone faire du shopping, regarder du porno ou à propos Skype passe des appels téléphoniques, utilise la même infrastructure technique que Google ou la NSA. Internet lui-même est neutre ; la façon dont nous l’utilisons ne l’est pas. C’est une « plateforme de surprises », comme le dit l’auteur américain. John Naughton écrit (« De Gutenberg à Zuckerberg »). C’est exactement pourquoi nous avons la possibilité d’exploiter le pouvoir de Google, NSA & Co. et de faire d’Internet aujourd’hui, après 44 ans, l’espace de liberté qu’il pourrait être. Il ne nous reste plus beaucoup de temps.

A lire :  Conflit Corona : Rosemarie Schwaiger et Alwin Schönberger discutent

Qu’est-ce que tu en penses?

[email protected]

Laisser un commentaire