Léa

Exposition Christanell : Des organes génitaux heureux

L’une des évolutions positives du monde de l’art actuel réside dans le fait que les musées et les galeries redécouvrent depuis plusieurs années des femmes artistes d’un âge avancé. Cela inclut également Linda Christanell, née en 1939, dont la 21er-Haus de Vienne présente désormais le travail en solo (« Linda Christanell. Picture Again », jusqu’au 10 septembre). Au rez-de-chaussée de l’espace d’exposition, au cinéma Blickle, sont exposés les premiers films expérimentaux de l’artiste : elle agence des bijoux, des chaussures et des autoportraits en natures mortes rythmées, ironisant sur les idéaux de féminité. Au premier étage, Christanell a composé des objets, des dessins, des textes et des photographies des cinq dernières décennies dans une installation à travers laquelle sa démarche féministe fonctionne comme un fil conducteur. Alors que les objets textiles fétichistes des années 1970 et 1980 correspondent à l’air du temps artistique de l’époque, les premiers travaux des années 1960 apparaissent plus idiosyncrasiques : les organes génitaux abstraits des deux sexes se réunissent pour former de joyeux objets en carton, bien avant le terme « queer ».  » est entré dans le langage courant.

A lire :  « West Side Story » et « Annette » : chansons d'amour et de crime

Laisser un commentaire