Léa

Festival de Salzbourg : une brise rafraîchissante

Le département d’art dramatique traverse traditionnellement une période difficile au festival ; le célèbre festival d’été attire principalement les amateurs d’opéra. Sous Sven Éric Bechtolf Non seulement le nombre de productions théâtrales a diminué ces dernières années, mais la qualité est également restée médiocre. Le la nouvelle directrice par intérim Bettina Hering on remarque son parcours dramaturgique, du moins sur le papier, son plan de jeu semble bien pensé et innovant.

Andrea Breth met en scène la profonde comédie d’Harold Pinter « The Birthday Party » (à partir du 28 juillet au Landestheater, à partir du 3 septembre au Burgtheater). Karin Henkelancien assistant de Peymann, revient sur le drame social « Rose Bernd » de Gerhart Hauptmann (du 29 juillet, Perner Island, photo). Le réalisateur grec Athina Rachel Tsangari joue le rôle-titre dans « Lulu » de Wedekind avec trois femmes (à partir du 17 août, Perner-Insel). Et le hors-collectif new-yorkais 600 bandits de grand chemin aborde la ballade sur le chômage d’Ödön von Horváth « Kasimir et Karoline » d’une manière inhabituelle : des amateurs montent sur scène aux côtés de professionnels (à partir du 11 août, Université Mozarteum).

A lire :  Bilan de crise : "Adieu aux parents"

Laisser un commentaire