Léa

Google vous permet de supprimer les résultats de recherche à l’aide d’un formulaire

On ne sait pas combien de temps il faudra avant que le lien correspondant n’apparaisse plus dans les recherches Google.

Le CJCE avait décidé à la mi-mai que les moteurs de recherche Internet comme Google Dans certains cas, il se peut que vous n’affichiez pas tous les résultats lors de la recherche d’un nom. Les citoyens de l’UE peuvent demander que les liens ne soient plus affichés si le contenu viole leurs droits personnels. Si les opérateurs des moteurs de recherche refusent, les personnes concernées peuvent contacter le délégué à la protection des données compétent ou intenter une action en justice.

« Première mesure »

Quiconque en a un approprié Application à Google veut mettre, doit dans le Formuler Entre autres choses, téléchargez une copie de votre pièce d’identité pour vous identifier. Les liens à supprimer des résultats de recherche doivent être spécifiés individuellement – pour chaque lien souhaité Google une explication pour laquelle il ne peut plus être trouvé. Le groupe souligne que c’est le cas Formuler n’était qu’« une première mesure ». « Au cours des prochains mois, nous travaillerons en étroite collaboration avec les autorités de protection des données et d’autres organismes et améliorerons nos mécanismes », indique-t-on sur le site Internet.

En eux Formuler Il est promis qu’une notification sera envoyée lorsque le Application est traité. Informations sur la durée du traitement Google mais non. Un porte-parole du groupe dans le Etats-Unis a expliqué que le jugement oblige l’opérateur du moteur de recherche à prendre des décisions difficiles entre « le droit de l’individu à l’oubli » et le droit du public à l’information. Un comité consultatif a pour but d’aider le groupe à équilibrer les deux intérêts.

A lire :  La science, un commerce déloyal ?

Selon les informations, le comité comprend d’anciens PDG Éric Schmidtfondateur de Wikipédia Jimmy Pays de Gallesexperts des universités d’Oxford et Louvain dans Belgique, L’Espagne ancien haut responsable de la protection des données José Luis Pinar et le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression, Frank La Rue.

(QUOI/Rouge.)

Laisser un commentaire