Léa

Hermann Nitsch fête ses 80 ans

« Si quelqu’un travaille avec les entrailles d’un taureau, alors pour moi le mot ‘sale artiste’ est un mot très doux », a déclaré le conseiller d’État de Basse-Autriche Gottfried Waldhäusl (FPÖ) lorsque Profil l’a interrogé en juin sur l’art du monde. -le célèbre actionniste Hermann Nitsch (profil 25/2018).

Il préférerait simplement les interdire « pour des raisons religieuses ». Le FPÖ considère Nitsch comme un ennemi traditionnel. Aucun artiste n’y est détesté avec plus de ferveur que le vieux maître, qui fêtera ses 80 ans le 29 août. Jörg Haider et Peter Westenthaler se livraient déjà d’âpres querelles contre lui. Mais les amoureux des animaux s’opposent également avec véhémence à ses actions, comme Brigitte Bardot, qui a un jour dénoncé le peintre et performeur en le qualifiant de « Caligula autrichien ».

Et l’année dernière, des militants des droits des animaux ont collecté des signatures contre son exposition en Tasmanie, en Australie. En 2015, le musée Jumex de Mexico, financé par des fonds privés, a capitulé devant de telles protestations et a annulé une exposition de Nitsch qui avait ensuite été présentée à Palerme. Les manifestants se sont immédiatement de nouveau tenus devant la porte et ont dénoncé le fait que Nitsch manipulait des carcasses d’animaux lors de ses actions.

Je veux montrer le processus de mise à mort, qui se produit de toute façon tout le temps.

Le vieil homme en costume noir polarise toujours les gens avec son travail, qui va à l’essentiel. Il est l’un des artistes les plus renommés du pays. Le « théâtre d’orgie-mystère » qu’il a développé au fil des décennies est une œuvre d’art totale dans laquelle des taureaux sont professionnellement abattus, éviscérés et des acteurs portés sur des croix ; le public est toujours très impliqué. L’archaïque, l’extatique, le dionysiaque devient tout aussi palpable que l’abîme et le violent. « Je me situe dans la tradition des poètes dramatiques, et ils ont toujours eu affaire à la mort. J’aimerais montrer le processus de mise à mort, qui se produit de toute façon tout le temps », a déclaré Nitsch, qui se décrit comme un militant des droits des animaux. , une fois. A l’occasion de son grand anniversaire, il donne aujourd’hui son 155ème événement – déjà à guichets fermés.

En tant que co-fondateur de l’actionnisme viennois, probablement le mouvement artistique autrichien le plus important au niveau international de l’après-guerre, le propriétaire du château est entré depuis longtemps dans le canon de l’histoire de l’art. De grands musées internationaux possèdent ses œuvres.

La République a récompensé ses réalisations par des récompenses : en 2005, il a reçu le Grand Prix d’État autrichien. En 2007, le Land de Basse-Autriche a créé son propre musée à Mistelbach. Erwin Pröll, alors gouverneur de l’État, pouvait être sûr du soutien politique de l’artiste. Artiste d’État ou terreur citoyenne ? Nitsch combine parfaitement les deux figures de projection.

A lire :  SPÖ : Que veut Hans-Peter Doskozil ?

Laisser un commentaire