Léa

Hommage au forgeron

À la recherche d’une nouvelle vie, Erik Durschmied traverse l’Atlantique pour rejoindre le Canada en 1952. Six ans plus tard, il entreprit un voyage d’exploration sensationnel en Amérique latine. Il avait entendu de vagues rapports sur un rebelle dans les montagnes de Cuba qu’il voulait retrouver et interviewer. Et il a effectivement réussi. Il a passé plusieurs semaines dans le camp rebelle et a pu tourner avec Fidel Castro les films qui ont constitué un élan important pour leurs deux carrières.

Pour le journaliste, il s’agissait d’un ticket pour les grandes sociétés de presse qui envoyaient leurs correspondants sur les théâtres de guerre du monde entier. Erik Durschmied a passé près de dix ans au Vietnam.

En 2008, Durschmied retourne à Cuba après 50 ans où tout a commencé. Dans la cabane de commandement du camp, il a trouvé sa première caméra, avec laquelle il a filmé Fidel Castro – vu dans « Finding Fidel » (2010).

Le Filmarchiv Austria rend hommage au correspondant de guerre et écrivain et, en plus du voyage documentaire sur les débuts de sa carrière à Cuba, présente deux films sur son travail de reporter de guerre et de caméraman.

Lors de la soirée d’ouverture, l’auteure de profil Marianne Enigl animera la discussion sur scène avec Erik Durschmied et le réalisateur Bay Weyman après le film.

Hommage d’ouverture à ERIK DURSCHMIED
le 27 avril 2017 à 19h00 au METRO Kinokulturhaus Pour s’inscrire à [email protected] est demandé.

A lire :  "Le dernier télésiège" : avec l'auteur vedette américain John Irving sur les pistes de ski du Vorarlberg

Laisser un commentaire