Léa

Karl Merkatz : L’inébranlable

Karl Merkatz a accepté la vieillesse, presque de manière bouddhiste, comme quelqu’un qui savait qu’il vaut mieux accepter l’inévitable de manière amicale plutôt que de le combattre inutilement, et il en a fait quelque chose : dans le film d’amour de Sabine Hiebler et Gerhard Ertl « Anfang 80 » (2011), il incarne, aux côtés de la grande Christine Ostermayer, un homme marié qui, à un âge avancé, retombe follement amoureux. Merkatz devait attendre des rôles comme ceux-là, car ils ont montré une fois de plus, très tardivement, à quel point il était un acteur finement différencié et finalement incomparable. Il était en paix avec lui-même et jouait simplement (dans le meilleur sens du terme), un naturaliste qui ne visait pas les artifices théâtraux et n’utilisait aucun artifice, mais travaillait plutôt avec empathie et accès direct au tout-trop. -humain. Il ne parvenait à faire de fausses notes que lorsque les rôles eux-mêmes n’étaient pas corrects.

Cependant, il doit sa popularité durable à un personnage qui lui est étranger, à savoir carrément grossier: comme le prolétaire colérique Edmund « Mundl » Sackbauer, comme le proverbial « vrai Viennois », qui, grâce à Knackwurst, mettait de la bière en bouteille et ses remontrances, femme médiatrice (interprétée par la sympathique Ingrid Burkhard) ne pouvait pas faire faillite, il est d’abord devenu très célèbre à partir de 1975, puis célèbre à juste titre, car le réalisme radical avec lequel un acteur qui n’était plus jeune et que personne ne connaissait (encore) a grondé à travers le les écrans ont commencé à mettre les gens devant les écrans pour fasciner – après une brève phase de choc face aux tons obscènes avec lesquels Merkatz et l’auteur Ernst Hinterberger ont dérangé 24 épisodes et quatre ans. Un classique intemporel de la télévision autrichienne d’après-guerre, comparable tout au plus à des exploits tels que « Der Herr Karl » ou « Kottan Investigated », a vu le jour avec l’aide courageuse de Merkatz.

A lire :  Nouvelle pièce d'Elfriede Hammerl : Grand-mères au sanctuaire

Né à Wiener Neustadt, il s’essaye très tôt au théâtre, suit en même temps un apprentissage de menuisier et décide finalement de devenir acteur. À partir du milieu des années 1950, il joue dans des classiques de la scène et des comédies musicales, au Josefstadt, au Volksoper, ainsi qu’au Burgtheater et au Festival de Salzbourg ; Il n’est pas encore devenu une star du théâtre, il lui manque également la technique du coude et le narcissisme. L’humilité avec laquelle il incarnait souvent ses personnages était authentique.

Karl Merkatz avait maintenant commencé sa carrière à la télévision avec des rôles d’acteur pour lesquels même le terme « second rôle » semblait légèrement exagéré : il est apparu comme « premier musicien » dans une production allemande de « Roméo et Juliette » en 1964, et dans le même année dans le rôle de « Deuxième Seconde » dans l’adaptation de Tchekhov « Le Duel ». Il n’entre dans le domaine du cinéma qu’à la fin des années 1970 – et en 1981, il réalise son prochain coup d’État en tant qu’acteur principal de la comédie antifasciste d’Antel « Le Bockerer », dans laquelle il incarne un boucher viennois dont l’insoumission et l’intelligence paysanne suffisent. pour lui permettre de manœuvrer indemne dans les profondeurs de la terreur nazie.

Merkatz était heureux d’être épinglé à ce type de véritable ouvrier viennois qui peut énerver son entourage, mais qui est au fond un homme empathique : grincheux, têtu, mais chaleureux. Dans le sillage du succès de « Mundl », il sort en 1977 un album avec des chansons viennoises pop vraiment brutes, la plupart écrites par Georg Danzer (« Je suis schiach et tu es schiach ») sous le titre « Eh Klar » en 1977. . En privé, Merkatz était l’un des protagonistes les plus discrets et les plus sympathiques du paysage culturel autrichien, même s’il aimait se qualifier de « rebelle » ; il semblait très énervé lorsqu’il parlait de lui-même et de sa vie ; Il a mené son engagement humanitaire comme une évidence, sans jamais en faire toute une histoire.

A lire :  Drozda : « Contre la raison économique »

Karl Merkatz est décédé le 4 décembre, peu après son 92e anniversaire, dans le village près de Salzbourg où il vivait depuis des décennies avec sa femme Martha, avec laquelle il était marié depuis 1956.

Laisser un commentaire