Léa

La culture est-elle meilleure lorsqu’elle est subventionnée par l’argent public ?

En principe, bien sûr, pas, mais le financement, destiné à promouvoir la production artistique locale, élimine certaines restrictions qui peuvent influencer négativement les processus créatifs. Opéra, théâtre (Photo : « Macbeth » au Burgtheater de Vienne), des comédies musicales ou des films de cinéma d’une certaine envergure seraient inconcevables sans financement – ou seulement dans des versions sans budget, comme des opéras mendiants, des théâtres en sous-sol ou des improvisations vidéo. Même des milliers et des milliers de parties intéressées payantes ne peuvent pas supporter à elles seules les coûts d’un grand projet de scène ou de film.

Le secteur public soutient chaque carte vendue dans l’intérêt du grand public, dans le sens de l’image d’une nation culturelle et dans l’esprit de l’idée selon laquelle l’art est au moins aussi important que la construction de routes, l’agriculture et l’industrie d’armement. . Bien sûr, même sans subventions, l’art est produit en permanence et dans le monde entier, et dans certains cas, les limites budgétaires ont manifestement donné naissance à des idées brillantes – mais en conclure que nous n’avons plus besoin de financements pour produire de la culture serait une pure absurdité.

Dire: « Est-ce de l’art ou faut-il le subventionner ?

Ne dites pas : « Acquérir des fonds est un art. »

A lire :  Le Petit Prince : Stefan Bachmann reprend le Burgtheater

Laisser un commentaire