Léa

Le biochimiste Schroeder : « La politique scientifique manque de vision »

profil: On vous a demandé si vous prendriez la direction de la FWF. Pourquoi as-tu refusé ?
Renée Schröder: Je n’ai pas envie de gérer les pénuries. Je prends ma retraite dans deux ans et demi et je souhaite alors terminer mes recherches actuelles et me consacrer ensuite à ma ferme et à mes petits-enfants. Le poste de président de la FWF serait un emploi à temps plein pour les quatre prochaines années. Il n’y a qu’une seule condition qui pourrait me convaincre de gérer le fonds scientifique : je le ferais si le budget doublait pour atteindre 400 millions d’euros par an. Comparé aux 600 millions que reçoit la recherche appliquée, c’est encore peu. C’est une telle myopie de la part des politiques que de négliger la recherche fondamentale !

profil: Seriez-vous encore là aujourd’hui sans le financement de la FWF ? L’Autriche recherche?
Schröder: Non. La FWF m’a sauvé encore et encore. Sans lui, je ne me serais certainement pas lancé dans la recherche. Au début de ma carrière, le programme Erwin Schrödinger venait tout juste de démarrer, une bourse à l’étranger avec une phase de retour pour les jeunes scientifiques. J’estime que 80 pour cent de mes recherches ont été financées par la FWF. Les choses allaient plutôt bien pour le Fonds scientifique jusqu’en 2008, mais depuis, les choses se sont dégradées. Les garçons aux idées visionnaires vont au Suisseaprès Allemagne ou dans le Etats-Unis.

profil: Que changerais tu?
Schröder: De nombreux projets ne peuvent être financés même s’ils ont reçu d’excellentes critiques. Néanmoins, les chercheurs doivent réviser leurs idées et les soumettre à nouveau. Les scientifiques et les experts se sentent arnaqués. Je mettrais toutes les candidatures positivement notées dans une cagnotte et je les tirerais au sort. Tous ceux qui ne sont pas tirés au sort passent automatiquement au tour suivant. Cela fait gagner du temps et des nerfs à tout le monde. Avec plus de budget, nous pourrions de toute façon soutenir davantage de projets.

A lire :  Le Robot - Notre Personne de l'Année

Laisser un commentaire