Léa

Le bonheur dans le chaos : le nouveau volume d’histoires d’Hélène Hegemann

« Snoopy, la mer et moi », c’est le titre du premier des 15 épisodes qu’Hélène Hegemann, 30 ans, rassemble dans son recueil de nouvelles « Schlachtensee ». Et comme toujours chez cet auteur allemand hors du commun, il y a le doux et le dur. , romance et dure réalité étonnamment proches l’une de l’autre. Une fille est en vacances avec son père dans le nord de la France, il lui avoue qu’il va bientôt mourir ; elle rencontre un surfeur, réfléchit à la façon de créer ces yeux rêveurs et brumeux de surfeur dans ce que la mer se reflète semble, obtient. je suis L’instant suivant donne à réfléchir en décrivant qu’il s’agit d’excroissances conjonctivales parce que les surfeurs regardent trop le soleil. Le classique théorique « Männerfantasien » (1977/78) de Klaus Theweleit traverse comme un fil rouge ce livre sombre, parfois apocalyptique, qui traite beaucoup de la peur de la dissolution du corps et des obsessions masculines fascistes. La violence est omniprésente, tout comme les animaux et leur habitat menacé. Les histoires de Hegemann, qui couvrent le monde entier, sont de délicieuses explorations de… Chaos, l’auteur se trompe à plusieurs reprises, surprend et confond avec des images insolites, intègre les débats actuels et crée des associations dans des chaînes de pensée sauvages. Cela semble parfois artificiel, comme dans le récit qui traite de la chorégraphe Florentina Holzinger et relève plus du journalisme que de la littérature. Néanmoins, Hegemann trouve toujours son propre ton de voix, ses personnages sont à la fois vulnérables et précoces, antipathiques et sacrément proches de soi.

A lire :  Stefanie Sargnagel : « Il faut détester un peu son public »

Laisser un commentaire