Léa

« Le côté féminin de Dieu »

La femme a pris d’assaut le hall. « C’est encore un scandale ce que les Juifs font d’eux-mêmes », s’est indigné la visiteuse, car pour elle c’était clair : « Dieu est un homme ! » Est-ce que c’est lui? « Le côté féminin de Dieu », la nouvelle exposition du Musée juif de Hohenems, Vorarlberg, retrace les éléments féminins-divins dans les religions monothéistes, en mettant l’accent sur le judaïsme, à commencer par l’Antiquité.

Une installation saisissante dans le jardin favorise le spectacle. « Greetings Goddess » est écrit en lettres encadrées de roses sur la pancarte par l’artiste Ursula Beiler. Le panneau se trouvait auparavant depuis des années sur l’autoroute de l’Inntal, près de Kufstein, et a été endommagé et pulvérisé à plusieurs reprises par des inconnus ; Le FPÖ et l’ÖVP ont appelé au démantèlement, les tireurs tyroliens soupçonnaient un blasphème. La puissance émotionnellement explosive des côtés non masculins du créateur semble intacte.

Hanno Loewy, 56 ans, dirige le Musée juif de Hohenems depuis 2004. Le spécialiste de la culture de Francfort n’a jamais eu de problème avec le salut habituel « Grüß Gott » dans le Vorarlberg ; Le « Heil » que les gens se crient ici aussi a plutôt irrité Loewy. « L’idée selon laquelle il n’y a qu’un seul Dieu ne surgit pas du jour au lendemain », explique Loewy : « Le mythe biblique raconte cependant l’émergence du monothéisme comme une histoire d’inspiration et de réalisation soudaines : Abraham, dont le père était Un marchand d’objets de dévotion religieuse brise les idoles. C’est là, selon la mythologie, que commence l’histoire juive. Mais le chemin vers l’adoration d’un Dieu unique et vrai a pris des siècles, le peuple adorant ses anciennes déesses et ses dieux même après Abraham. « 

A lire :  Conseil culturel : l'or d'automne à Eisenstadt

« Il faut être deux pour danser le tango »

La question de l’image du Très-Haut est le prisme à travers lequel catholiques, juifs et musulmans voient le monde, clairement dominé par les hommes. Comment contacter Dieu ? Qui est réellement autorisé à faire ça ? Les véritables hiérarchies sociales perdurent dans les sphères religieuses, les idées divines sont créées et légitimées en fonction de la domination masculine dans la société. « Malgré tout le pouvoir patriarcal, l’incompatibilité demeure », dit Loewy : « Il faut être deux pour danser le tango. Il faut un homme et une femme. »

De nombreux mythes de la création parlent de couples de dieux qui donnent naissance au nouveau de manière plus ou moins explicitement sexuelle. Il s’agit de principes masculins et féminins qui créent le monde à travers l’interaction érotique et le maintiennent dans le cycle annuel. Dans le judaïsme, le christianisme et l’islam, il existe d’innombrables idées de mariage divin : Dieu et la religion chrétienne représentés par une femme ; le judaïsme masculin et la loi féminine – la Torah. « Toute tentative de donner vie à l’idée de Dieu conduit finalement à des images de sexualité. »

« Le côté féminin de Dieu », savamment mis en scène à l’aide de miroirs et de couleurs, compilé par les commissaires Felicitas Heimann-Jelinek et Michaela Feurstein-Prasser avec à la fois connaissance et ironie subtile, vise à éclairer de manière critique les idées normatives d’autorité et de clarté, et non à raconter une histoire histoire complète de la séparation religieuse entre les sexes. Le fragmentaire est ici le programme.

Des objets cultes vieux de 3 000 ans côtoient des amulettes textiles de 1900 et des madones en bois doré ; La kippa au design de l’armée américaine se trouve non loin du volume « Prières » de Bertha Pappenheim, qui a écrit sous le pseudonyme « Anna O ». était l’un des premiers patients de Sigmund Freud ; une scribe de la Torah raconte la « grâce et l’honneur » de pouvoir écrire à la main les mots de la Bible hébraïque, un travail traditionnellement réservé aux hommes ; L’air de la Reine de la Nuit provient d’un autre casque – la figure de Mozart était considérée comme un symbole de l’Église catholique et une mère aimante.

A lire :  Différend sur la préservation du patrimoine cinématographique

Contradiction du monothéisme

La Bible raconte déjà deux histoires de création qui se contredisent : « Dieu a dit : Faisons l’homme. » Mais qui est « nous » ? Derrière cela se cache la vieille idée selon laquelle Dieu et la Déesse interagissent intimement et créent ainsi les humains. C’est alors seulement qu’un Dieu mâle façonne l’homme selon son propre modèle dans le livre de la Genèse : « Il l’a créé à son image. Il les a créés mâle et femelle. » Cette parole du souverain du monde ne laisse pas seulement Loewy perplexe : « Le Dieu unique crée l’homme d’abord à son image, puis en tant qu’homme et femme – et puis cette première femme disparaît du texte et est remplacée par Ève. Toute la contradiction du monothéisme se retrouve dans cette scène primitive. »

Eva mange la pomme illégalement. Ainsi commence l’histoire de la honte, du désir sexuel, de la moralité et du libre arbitre – le tout dans un seul acte. À partir de ce moment, l’homme est responsable de ses actes : il est comme Dieu – en aucun cas tout-puissant, mais capable de choisir entre le mal et le mal. bonne différenciation ; il acquiert la capacité de prendre des responsabilités. « L’homme ne peut plus se cacher derrière le dilemme selon lequel il ne suit que la volonté divine. La scène du paradis contient la contradiction de la relation de genre homme-femme car Adam porte avec lui le souvenir qu’il y avait déjà une femme avant Ève alors que la démoniaque Lilith revient. « .

Qu’est-ce que « Le côté féminin de Dieu » (qui pourra être vu à Washington l’année prochaine et à Francfort en 2019) a à voir avec notre monde ? « À l’heure actuelle, comme chacun le sait, de nombreuses personnes sont occupées à rechercher des limites et de la clarté et, ce faisant, terrorisent le monde à mort, même s’ils prétendent le faire dans le cadre de la « lutte contre le terrorisme » », déclare Loewy : « Mais chacune de ces Unambiguïté réclame une fois de plus des vies humaines. Nous préférons montrer le divin comme un monde d’ambiguïté. » Chaque réponse à la question d’un Dieu unique a des conséquences au-delà de la religion.

A lire :  Cinéma : Des nouvelles de Jarmusch et Loach

Laisser un commentaire