Léa

Le « Faust » de Goethe : le noyau du caniche

Presque aucun classique n’est aussi connu que le drame du pacte du diable « Faust » de Goethe. Chaque élève connaît au moins la première partie. Le texte reste néanmoins un mystère, car il a été constamment révisé et commenté par l’auteur lui-même.

Entre 1790 et 1832, plusieurs éditions de « Faust I » furent publiées ; « Faust II » n’a été publié à l’avance que du vivant de Goethe et n’a paru dans son intégralité qu’après sa mort. Vous chercherez donc en vain une version autorisée. De nombreuses éditions ont été publiées ; Wallstein Verlag en propose désormais un autre sur le marché, qui prétend présenter un texte « nettoyé des erreurs qui ne sont pas liées à l’auteur ».

Une équipe d’universitaires allemands dirigée par Anne Bohnenkamp-Renken, directrice de la Maison Goethe de Francfort, a tenté de se rapprocher le plus possible de la formulation et de l’utilisation de la ponctuation de Goethe.

Une version numérique complète peut être trouvée en ligne sur faustedition.net, qui consiste en une archive des manuscrits et des imprimés pertinents pour le texte publiés de son vivant. Quiconque préfère tenir un livre entre ses mains sera bien servi avec l’édition imprimée limitée en trois volumes.

Le fac-similé de « Faust II » est particulièrement impressionnant, dans lequel on peut admirer l’écriture très soignée de Goethe.

Johann Wolfgang Goethe : Édition Faust terminée. 3 tomes. Éditions Wallstein. 230,30 euros

A lire :  La crise du journalisme musical

Laisser un commentaire