Léa

Le Festival de Cannes se termine dans le prétoire : Palme d’or à Justine Triet

En fin de compte, le jury dirigé par Ruben Östlund n’a pas osé privilégier l’inventif plutôt que le simple « bien fait ». Samedi soir, peu après neuf heures et demie, le vainqueur du Festival de Cannes de cette année a été annoncé : ce serait la Française Justine Triet, 44 ans, qui est arrivée troisième avec son drame de mariage et d’audience « Anatomie d’une chute / Anatomie d « Une chute ». Au cours des 76 ans d’histoire du festival (après Jane Campion en 1993 et ​​Julia Ducournau en 2021), elle a remporté le prix principal.

Et bien sûr, il faut qualifier la recherche en filigrane de Triet des causes de la chute fatale d’une personne aux prises avec sa relation (accident ? suicide ? meurtre ?), d’autant plus qu’elle a été réalisée avec la participation de l’extraordinaire actrice allemande Sandra Hüller, une très bon film – mesuré par les niveaux moyens du grand reste du cinéma d’art et d’essai contemporain. Ce n’est que dans le monde intérieur du programme de concours 2023, exceptionnellement conséquent, qu’il aurait pu y avoir des gagnants plus audacieux. Alen a dirigé l’essai de Jonathan Glazer sur l’Holocauste, le portrait troublant et volontairement fragile de Rudolf Höß « The Zone of Interest », qui a au moins reçu le Grand Prix du festival

Le cinéma bien fait a triomphé dans d’autres catégories : un autre Français, le cinéaste d’origine vietnamienne Trần Anh Hùng, a été reconnu meilleur réalisateur pour La passion de Dodin Bouffant (titre anglais : Le Pot-au-feu), une œuvre historique qui traite exclusivement de l’art culinaire de la fin du 19ème siècle. Les plats et leur préparation sont photographiés d’une manière extraordinairement sensuelle et mis en scène avec précision, avec Juliette Binoche et Benoît Magimel faisant de leur mieux dans le rôle des amants centraux. L’esthétique de ce film est néanmoins proche des arts et métiers.

Le prix du meilleur scénario a été décerné à Yuji Sakamoto pour son travail à la fois complexe et synthétique sur le film japonais Monster (réalisé par Hirokazu Kore-eda), qui suit les tristes événements d’une histoire d’amour entre deux garçons contrariée par les limites de la société et racontée à trois des perspectives différentes ; et un autre Japonais, l’acteur Koji Yakusho, a remporté le prix du meilleur acteur masculin pour son interprétation impressionnante d’un nettoyeur de toilettes dans le film de Wim Wenders à Tokyo, Perfect Days. L’actrice la plus forte a été reconnue comme étant la Turque Merve Dizdar, dont la performance subtile crédite About Dry Grasses de Nuri Bilge Ceylan. Enfin, le prix du jury est allé – ​​à juste titre – ​​au doyen finlandais Aki Kaurismäki et sa romance ouvrière mélancolique et pointue « Fallen Leaves ».

Faux départ et montée

Comme indiqué, Cannes a connu un véritable faux départ avec le drame historique « Jeanne du Barry » : mise en scène lourde, jeu d’acteur faible, mise en scène antiféministe. Après cela, les choses ne pourraient que s’améliorer ; et il s’est avéré – encore meilleur que prévu, voire égal. Les trois premiers jours ont apporté toutes sortes de choses mélangées, puis tout d’un coup, ils sont arrivés, les films difficiles, dérangeants, persistants. Il y a d’abord eu l’histoire ambiguë de l’hiver turc de Nuri Bilge Ceylan « À propos des herbes sèches », puis elle a continué (hors compétition) avec des surprises formelles comme le conte de fées western et policier « Eureka » de l’Argentin Lisandro Alonso et l’essai autobiographique sur le cinéma et l’architecture  » Images de fantômes » du Brésilien Kleber Mendonça Filho, suivis des joyaux « The Zone of Interest » (Jonathan Glazer) et « May Decembre » (Todd Haynes), flanqués d’un drame durable et capable de satisfaction du Sénégal : Ramata-Toulaye La tragédie du village de Sy  » Banel & Adama ».
À la mi-temps, l’ambiance était inhabituellement joyeuse, avec Aki Kaurismäki et Wes Anderson (et, dans les rangées latérales, Michel Gondry et Bertrand Mandico) divertissant au plus haut niveau. Vers la fin, le cinéma de plaisir décadent était servi avec « Le Pot-au-feu » ainsi que deux films plus lourds sur les abîmes du désir (« L’Été dernier » de Catherine Breillat) et les agissements des pilleurs de tombes italiens (« La chimère » , mis en scène par la star du folklore alternatif Alice Rohrwacher) avant de clôturer le festival avec deux vétérans du cinéma d’art et d’essai, le Britannique Ken Loach et l’Allemand Wim Wenders.

Salon du socialisme

Cependant, le socialisme de salon prononcé d’un festival d’élite comme Cannes était étonnant : de nombreux films en compétition pénétraient dans les milieux prolétariens ; Le grand documentaire chinois Wang Bing retrace l’exploitation des jeunes travailleurs migrants dans les usines textiles bon marché dans « Jeunesse » ; dans « Quatre filles », la Tunisienne Kaouther Ben Hania incarne une mère en deuil qui a perdu deux filles à cause de l’État islamique. Dans The Old Oak, Ken Loach et son auteur Paul Laverty célèbrent la nécessaire lutte contre la xénophobie rampante alors que des réfugiés syriens sont hébergés dans une petite ville anglaise. Kaurismäki a présenté une autre de ses romances stoïquement arrangées, dans lesquelles l’amour s’épanouit malgré l’alcoolisme, la résignation et le chômage. Dans « Perfect Days », Wenders se livre aux doux rythmes de la vie quotidienne, à la vie strictement ritualisée d’un nettoyeur de toilettes vieillissant à Tokyo, incarné de manière touchante par la star de cinéma Koji Yakusho (« Tampopo », « Unagi », « 13 Assassins »). . Et Rohrwacher s’intéresse passionnément à la vie communautaire des exclus dans « La chimère ». Les exceptions restaient les histoires (rafraîchissantes et éhontées) sur l’hédonisme des riches et célèbres dans «L’été dernier» et «Pot-au-feu».

effets d’aliénation

La rupture avec l’illusion cinématographique était omniprésente à Cannes 2023, le caractère artificiel des productions a souvent été souligné : Martin Scorsese raconte sa vision du génocide de ceux qui se sont enrichis grâce aux puits de pétrole Amérindiens se termine par « Killers of the Flower Moon » avec une émission de radio nostalgique sur un vrai crime dans laquelle chaque note est créée avec amour par des bruiteurs et l’histoire des États-Unis est coincée dans le corset du divertissement. Dans le drame égocentrique de Ceylan, peu avant la fin, la porte d’un salon s’ouvre sur la salle du studio de cinéma dans lequel il a été construit. « May December » confronte deux formidables actrices (Natalie Portman et Julianne Moore) dans un mélodrame qui traite explicitement du jeu d’acteur social et cinématographique. Kaurismäki recouvre « Fallen Leaves » d’innombrables citations de films, tandis que dans « Asteroid City », Anderson non seulement essaie de ne pas dissimuler son décor théâtral construit dans le désert, mais le montre (à juste titre) fièrement.

Thèmes sombres

Malgré la gaieté de certaines approches de mise en scène, le choix des thèmes de cette année est resté sombre : il s’agissait généralement de rien de moins que l’Holocauste, le racisme, le harcèlement, les conflits du travail, l’abus de pouvoir, la radicalisation des jeunes, la psychose, la tyrannie, la pauvreté, la xénophobie. et, bien sûr, le prochain Apocalypse. Ce n’est qu’occasionnellement que furent présentés des films (comme ceux de Wenders, Anderson, Rohrwacher et Nanni Moretti) qui osaient avoir la vitalité d’un optimisme fondamental. Nous aurons besoin de lui.

A lire :  Les provocations politiques de Morrissey

Laisser un commentaire