Léa

Le Petit Prince : Stefan Bachmann reprend le Burgtheater

Cela a commencé comme un conte de fées : dans un passé pas si lointain, un jeune et charmant prince est entré en scène. Il rayonnait de confiance et de calme et n’a même pas jugé nécessaire de se rebeller contre la toute-puissance de la génération de son père pour accéder au trône. Le Petit Prince croyait au pouvoir de l’imagination et chassait ainsi tous les mauvais esprits.

Dans les années 1990, il y a eu une prise de pouvoir discrète par le bas dans l’art théâtral germanophone, sans aucune rébellion. La génération de haut vol, qui comprenait également le réalisateur suisse Stefan Bachmann, a voulu ébranler la domination de grands réalisateurs tels que Peter Zadek, Luc Bondy, Peter Stein et Claus Peymann. La promotion des jeunes talents n’était pas une priorité pour eux, car ces géants du théâtre semblaient encore frais même à un âge avancé. Soudain, nous avons vu de nouvelles signatures de metteurs en scène inédites : le puissant sculpteur de scène Martin Kušej (né en 1961), le philosophe du théâtre Nicolas Stemann (né en 1968), le conteur poético-acrobatique Andreas Kriegenburg (1963), le metteur en scène pop Stefan Pucher (1965 ).

Stefan Bachmann a toujours été plus réservé, espiègle et moins « génial » que la plupart de ses collègues ambitieux. Pourtant, tout semblait lui venir sans effort. Le réalisateur zurichois n’a jamais voulu s’engager sur une ligne esthétique. Ses productions étaient reconnues par leur légèreté séduisante. Ironie postmoderne et émotion sincère, comédie et profondeur, classiques et pertinence contemporaine – Bachmann a tout fait sans effort dès son plus jeune âge. Un regard précis et délicat sur les textes de théâtre et une nonchalance de la culture pop caractérisent encore aujourd’hui son travail de mise en scène.

… « Tout le monde (meurt) » de Ferdinand Schmalz au château.

Lorsque Stefan Bachmann reprendra le Burgtheater de Vienne, la scène la plus grande et la plus importante de la région germanophone, à partir de la saison 2024/25, ce sera pour lui une sorte de retour aux sources. Il a été réalisateur interne ici de 2008 à 2012 et a prouvé à l’époque que la fiction autrichienne lui convenait : plus c’est stimulant, mieux c’est. Il a placé sa version de « Winterreise » d’Elfriede Jelinek (2012) sur un mur escarpé du théâtre de l’Académie : les acteurs devaient s’attacher pour éviter de tomber dans un abîme. Et à la fin, le tube d’après-ski de DJ Ötzi « A Star That Bears Your Name » a résonné en boucle sans fin. Karin Bergmann a également amené les Suisses au château en 2018, où il a impressionné par la réécriture de l’histoire « Everyman » par Ferdinand Schmalz. «Everyman (Dies)» a été joué devant un mur doré monumental avec un trou noir. Le rôle principal a été joué par Markus Hering, Buster Keaton du Burgtheater, qui correspond également parfaitement à Bachmann dans sa compréhension de l’humour, qui allie mélancolie et esprit.

Mais Hans Gratzer, directeur et ancien directeur du Schauspielhaus de Vienne décédé en 2005, a découvert Bachmann pour Vienne : avec sa version profondément comique du « Carnet de croquis » de Wolfgang Bauer (1996 en coopération avec le Festival de Vienne), le jeune réalisateur a amené un auteur local largement oublié revient sur scène. À l’époque, Hanno Pöschl jouait le rôle du poète pris dans une boucle maniaque sans fin. La carrière de Bachmann décolle rapidement : de 1998 à 2006/07, il est directeur par intérim du Théâtre de Bâle et de nombreuses invitations au Theatertreffen de Berlin couronnent ses premiers succès.

Mais au point culminant, Bachmann a tiré sur le frein d’urgence : au lieu de planifier la prochaine étape de sa carrière et de s’impliquer dans un théâtre plus grand, il a entrepris un voyage autour du monde avec sa femme, l’actrice Melanie Kretschmann. Ce n’est que la naissance de jumeaux qui a rapproché le couple. Cette ascension fulgurante a été suivie par de nombreuses productions gratuites – et par les luttes de la plaine. Ces dernières années, les choses sont devenues plutôt calmes autour de l’ancien enfant prodige, qui dirige le Théâtre de Cologne depuis 2013. Au lieu de pouvoir reprendre comme promis un théâtre récemment rénové, Bachmann a dû improviser et trouver un lieu alternatif. Mais il y a eu aussi des critiques négatives en dehors de la scène : les fluctuations au sein de son équipe étaient élevées, ce qui indique souvent des problèmes internes. En 2018, des salariés se sont plaints dans un article du Spiegel d’une « atmosphère toxique » et de harcèlement de la part de l’épouse de Bachmann.

A lire :  « Matou » de Michael Köhlmeier : Une épopée du monde félin aux mille rebondissements

Je veux briser les barrières et répondre à la société urbaine de manière moderne sans devenir arbitraire.

Stefan Bachmann

Futur directeur du Burgtheater

Sous Bachmann, l’attrait national manquait largement : contrairement à son prédécesseur Karin Beier, qui avait fait du théâtre de Cologne un lieu incontournable, les invitations à cette célèbre rencontre théâtrale ne se sont pas concrétisées. À cette fin, Bachmann a beaucoup travaillé dans le quartier, a coopéré avec la communauté turque et a rendu possible des films en lien avec la réalité, comme le semi-documentaire « The Gap » (2014), dans lequel un attentat à la bombe par la cellule terroriste du NSU dans la Keupstrasse à Cologne a été l’occasion pour les résidents migrants et les personnes concernées de réfléchir sur une société multiculturelle. Il sera passionnant de voir si et comment Bachmann sera capable de mettre en œuvre ces connaissances officieuses dans le pétrolier sur le ring.

Lors de la conférence de presse sur le design, Bachmann n’a rien voulu révéler sur ce qui peut être attendu artistiquement sous son égide. Mais on peut faire des prédictions car Bachmann est un fidèle compagnon. L’auteur autrichien Thomas Jonigk, 56 ans, l’accompagne depuis longtemps en tant que dramaturge. Avec son penchant pour les analyses exagérées de la violence, il aime remettre au présent des éléments anciens, notamment la tragédie de l’inceste « Phaedra », réalisée par le réalisateur allemand Ersan Mondtag, également en discussion pour le poste de réalisateur. du Volkstheater de Vienne, avec des images puissantes et sinistres de bande dessinée mutée. Mondtag fera ses débuts à Burg sous la direction de Bachmann. Les astucieuses soirées féministes de Pinar Karabulut sont une autre option ; Bachmann a très tôt soutenu la réalisatrice. Matthias Köhler, un jeune réalisateur intéressant qui travaille dans le hors-scène viennois (en dernier lieu : «Bent» à Hamakom), était également actif chez Bachmann. On souhaiterait qu’il ait une plus grande scène. L’acteur principal de Bachmann, Bruno Cathomas, s’installera probablement à Vienne. L’équipe pourrait également comprendre Rafael Sanchez, un metteur en scène suisse d’origine espagnole, le dramaturge et metteur en scène Nuran David Calis et Robert Borgmann, qui n’est d’ailleurs pas étranger à Vienne.

A lire :  Pain gras : « La farce est en nous » [Podcast]

Bachmann constitue donc un choix solide, mais en aucun cas spectaculaire pour le Burgtheater. Il n’est ni au premier rang en tant que réalisateur ni en tant que directeur artistique. Cela ne doit pas nécessairement être un inconvénient, peut-être qu’il apporte plus de curiosité, d’ouverture et d’engagement que le malheureux Martin Kušej, qui voulait vraiment le Burgtheater – mais s’est fait remarquer par son absence pendant la pandémie.

Laisser un commentaire