Léa

Le rappeur Yasmo avec un nouvel album : Pas perdu depuis longtemps

Appelle Yasmo. La rappeuse sort aujourd’hui son nouvel album, mais il faut d’abord parler de la cause sur la scène culturelle autrichienne : la rumeur de restructuration des chaînes pop et culturelles FM4 et Ö1 ; au centre, le directeur général de l’ORF Roland Weißmann, la directrice de la radio Ingrid Thurnher – et au moins deux lettres de protestation d’éminents musiciens. «Ces stations sont extrêmement importantes pour le paysage culturel autrichien», dit-elle. Ce serait une catastrophe pour la scène alternative si elle venait à être ruinée. « Cela deviendra encore plus difficile pour les générations futures de musiciens », souligne Yasmo, furieux lors d’une conversation téléphonique : « Et dans vingt ans, il n’y aura plus de musique alternative en Autriche. »

La diversité culturelle est en danger, mais Yasmo, de son vrai nom Yasmin Hafedh, riposte avec son troisième recueil de chansons (titre : « Laut und Lost »). Ses thèmes sur les douze nouvelles chansons : la critique du capitalisme, le féminisme (« Je me célèbre parce que c’est leiwand / Et cette femme, elle se sent bien dans sa peau » est la chanson « Skin ») et la question de savoir comment on peut être artiste. gère le proverbial équilibre entre conformité et autonomisation à l’automne après la pandémie. Parce que : Yasmo a un peu grandi ces dernières années, ou comme elle dirait, plus mature. « Je suis toujours un enfant curieux à l’intérieur, mais j’ai acquis beaucoup plus de vision », a déclaré le musicien dans une interview de profil. Aujourd’hui, il ne s’agit plus seulement de fête exubérante, mais aussi de responsabilité pour la cause : « J’écrivais des phrases, aujourd’hui j’écris des ventes / L’enfant de la classe ouvrière a maintenant des économies », chante-t-elle dans la chanson « 100K », qui elle a écrit avec la musicienne Mira Lu Kovacs et l’a enregistré.

A lire :  Presse et liberté !

Yasmo, aujourd’hui âgée de 32 ans, réfléchit depuis ses débuts artistiques à la pop, à la politique et à la protestation ; À l’âge de 15 ans, elle montait déjà sur scène dans des slams de poésie, aujourd’hui elle est commissaire de festivals, siège à des comités, sort des albums hip-hop – et parle avec tout son cœur à chaque occasion. Elle a perdu la scène publique pendant la pandémie. Elle dit qu’elle a en fait écrit un petit programme de stand-up sur les scandales des ministres turquoise de l’ÖVP, sur les ordinateurs portables dans les poussettes et les commissions d’enquête. Elle a mis la frustration et le hochement de tête perplexe dans son nouvel album, qui se tourne cependant vers l’avenir de manière positive.

Maintenant sur Spotify : les chansons de la semaine de Lena Leibetseder et Philip Dulle dans la playlist Aufdreh. Du nouveau tous les vendredis.

Laisser un commentaire