Léa

« Maison du Dragon » : le féminisme arrive-t-il à Westeros ?

Ce n’est pas seulement dans le monde fantastique et fictif de Westeros que la question se pose : les femmes sont-elles les meilleures dirigeantes ? Pourraient-ils gouverner de manière plus sage, plus prudente et moins brutale ? Basée sur le roman « Fire & Blood » de l’auteur américain George RR Martin, la série HBO « House of the Dragon » (disponible en Autriche à partir du 22 août sur les services de streaming Sky X et Sky Q) raconte l’histoire de l’émancipation du famille régnante Targaryen, 200 ans avant les événements du hit de streaming « Game of Thrones ». De 2011 à 2019, ce théâtre mondial tragique sur l’ascension et la chute d’empires individuels a établi de nouveaux standards en matière de narration en série (59 Emmy Awards !), a produit des spectacles sanglants et frivoles, a créé des références et des mèmes à la culture pop (« L’hiver arrive »), a été ridiculement brutal et d’une beauté enivrante.

Dans « House of the Dragon », des éléments de superproduction établis (éclaboussures, sexe, intrigues) sont reconstitués avec un nouveau casting et des thèmes féministes (les dangers de l’accouchement). Malgré tout cela (l’acteur principal Matt Smith a critiqué les scènes de sexe inflationnistes dans une interview), c’est maintenant à la fille de King, Rhaenyra Targaryen (Emma D’Arcy), de conduire Westeros dans une nouvelle ère – en devenant peut-être la première reine de tous les temps. Ou le patriarcat préférerait-il se ruiner juste pour empêcher une femme d’accéder au trône de fer ? Au début de « Game of Thrones », la dynastie Targaryen sera déjà en ruine. Les nouvelles libertés sont généralement suivies de réactions violentes. Ce n’est pas différent dans les histoires fantastiques et dans la réalité.

A lire :  Raphaela Edelbauer : Demain, c'est la fin du monde

Maintenant sur Spotify : les chansons de la semaine de Lena Leibetseder et Philip Dulle dans la playlist Aufdreh. Du nouveau tous les vendredis.

Laisser un commentaire