Léa

« Memento Mori » de Depeche Mode : arrêt sur la route

Dans la musique pop, le deuil commence souvent par un nouveau chapitre. Le groupe britannique Depeche Mode s’est réfugié dans un nouvel album après la mort subite du claviériste Andrew « Fletch » Fletcher. Titre précis : « Memento Mori ». Le motif de la couverture (dessiné comme toujours par le photographe néerlandais Anton Corbijn) est logiquement orné d’un ruban noir – et il ne reste que deux survivants tirés du vivant. Car ce sont surtout le chanteur et leader Dave Gahan et le guitariste Martin L. Gore qui ont vécu l’hédonisme pop des années 1980 et 1990 et ont failli le briser à plusieurs reprises (entre overdoses d’héroïne, dépendance à l’alcool et tentatives de suicide).

Alors maintenant, ces peut-être les dernières chansons d’un groupe culte. Depeche Mode s’affranchit des attentes et des conventions sur son 15ème album studio ; regardez vers le passé (« People are Good »), vers l’ici et maintenant (« My Favorite Stranger ») et racontez ce que l’on ressent lorsqu’un trio doit soudainement continuer en duo (« My Cosmos is Mine »). Dans le grand suspense synth-pop (à entendre dans la célèbre chanson « Caroline’s Monkey »), la tentative de traiter la tragédie du groupe d’une part et d’écrire un album adapté au stade et à la danse de l’autre fonctionne, mais seulement médiocrement. Trop de pathétique, des paroles trop audacieuses et des réminiscences d’antan flottent dans les douze nouvelles chansons. C’est pas mal. Car dans « Memento Mori », Depeche Mode ne parle pas seulement de la mort, mais surtout de la vie, qui se réinvente sans cesse, déraille et ne trouve pas toujours les mots justes.

A lire :  Stress des écoles de pilotage : « Top Gun » à Cannes

Leur longue tournée mondiale emmènera également le groupe en Autriche cette année. Le 21 juillet, Gahan et Gore – ainsi que le fantôme d’Andrew Fletcher – seront les invités au stade Wörthersee de Klagenfurt. La fin n’est ici qu’un début.

Maintenant sur Spotify : les chansons de la semaine de Lena Leibetseder et Philip Dulle dans la playlist Aufdreh. Du nouveau tous les vendredis.

Laisser un commentaire