Léa

Montagnes russes rétro et archéologie populaire : le retour cinématographique d’Indiana Jones

Cela fait un moment que l’archéologue d’aventure préféré d’Hollywood, le chasseur anti-nazi armé d’un fouet, Indiana Jones, a été contraint par les circonstances de se lancer dans une bataille contre les forces du mal du monde. « Indiana Jones et la roue du destin » (sortie mondiale en salles fin juin), le cinquième film de la célèbre série, est désormais également destiné à en être irrévocablement le dernier volet. Les départements de réalisation et de scénarisation ont été réaffectés : Steven Spielberg et George Lucas n’agissent désormais qu’en tant que producteurs.

Contrairement au cas de l’agent secret lavable James Bond, il est (encore) difficile d’imaginer que quelqu’un d’autre que l’acteur Harrison Ford puisse endosser le rôle d’Indiana Jones dans la franchise. La Ford aujourd’hui âgée de 80 ans, mais incroyablement bien conservée, revient sur grand écran aussi introvertie et colérique que jamais, 42 ans après la première aventure d' »Indiana Jones » (« Les Aventuriers de l’arche perdue ») et au moins 15 ans après le précédent (« Le Royaume du Crâne de Cristal »). Lors du Festival de Cannes actuel, ils ont été ravis de pouvoir présenter en première mondiale ce qui est sans aucun doute un blockbuster nostalgique d’une efficacité mondiale – et de pouvoir en même temps remettre à Ford une palme d’honneur en or. La livraison d’opium au cinéma repose sur Mads Mikkelsen, qui incarne un nazi de premier plan grâce à la petite caisse, et le sarcasme évident de la comédienne britannique Phoebe Waller-Bridge, qui apparaît comme l’acolyte intrépide du héros titulaire, provoque des ennuis entre les deux, voire sur les toits des trains sont battus ou motorisés à travers la foule pour un léger divertissement.

A lire :  La légende du rock Mick Jagger fête ses 75 ans

Dans « Dial of Destiny », un voyage dans le temps est orchestré autour de la découverte éponyme après laquelle toutes les personnes impliquées haletent : un appareil de mesure fictif attribué au mathématicien grec Archimède, inventé il y a 2 200 ans, qui peut détecter des fissures dans le temps à travers lesquelles on peut voyager en direction de l’Antiquité, par exemple. Le test turbulent sur l’exemple doit bien entendu être fait.

Sans vous exposer, vous êtes plongé dans le monde des bombes et des décombres allemands de 1944. Mais comme il s’agit d’un flash-back et que la partie principale du film se déroule en 1969, Ford apparaît numériquement relooké dans le prologue. Tous missions impossibles sont exécutés ici avec un équipement vétuste, ce qui augmente un peu le charme rétro, mais n’a par ailleurs pas grand-chose à voir avec le sujet en question. Et personne ne cherchera sérieusement la plausibilité dans un film d’Indiana Jones, mais la « logique » du scénario, qui défie toutes les absurdités et les lois de la gravitation, qui mène à la mécanique des séquences d’action sur terre, sous l’eau et dans les airs. s’ajustant comme sur des roulettes mais bientôt à un certain sentiment d’indifférence. L’action fantastique et populaire-archéologique mise en scène avec une compétence relative par le réalisateur chevronné James Mangold (« Wolverine », « Le Mans 66 ») passe le temps comme prévu, qu’il ne semble cependant pas absolument nécessaire de consacrer à cette pièce.

Il faut consacrer encore plus de temps au dernier film du styliste documentaire chinois Wang Bing, à savoir trois heures et demie énormes, qui, en revanche, s’avèrent nettement plus terreuses. L’excursion de Wang dans le nouveau monde laid des conditions d’exploitation et de travail à bas salaires, placée dans le cadre du concours, s’intitule « Jeunesse ». Pendant plus de cinq ans, entre 2014 et 2019, des tournages ont eu lieu dans divers ateliers de couture textile de la ville chinoise de Zhili, près de Shanghai. Sans aucun commentaire, Wang suit les négociations salariales infructueuses, les conflits et les bagarres au sein du personnel, montre les conditions de vie déprimantes des jeunes travailleurs migrants qui reçoivent beaucoup trop peu d’argent et aucune perspective d’avenir pour leur travail à la pièce sur les machines à coudre.

« Monster », le nouveau travail du chercheur en sciences sociales du cinéma japonais Hirokazu Kore-eda, également en compétition pour la Palme d’Or, tourne également autour du travail, de la société et de la famille. L’histoire amère de deux écoliers qui tombent dans un gouffre de harcèlement, d’échec scolaire et parental est racontée sous trois angles différents : Un scénario un peu trop précisément calculé et trop astucieusement tourné limite « Monster », malgré toute son élégance et son ambition, dans son effet sensiblement un. Jusqu’à présent, l’influence de la compétition cannoise de cette année a été limitée. Des choses plus impressionnantes sont attendues dans les prochains jours. Nous restons à l’écoute.

Laisser un commentaire