Léa

Néandertal : homme primitif, cannibale brutal ?

L’histoire de l’Homme de Néandertal a commencé en 1856 dans une carrière à l’est de Düsseldorf. Un jour de fin d’été, des ouvriers ont trouvé 16 morceaux d’os inhabituellement gros dans la boue argileuse de la Kleine Feldhofer Grotte, une grotte située dans les roches de l’époque de Néandertal. Le propriétaire de la carrière était membre de l’association locale d’histoire naturelle. C’est pourquoi la vue d’une calotte aux crêtes oculaires étrangement saillantes l’a incité à emballer les ossements et à les présenter à des anthropologues de renom. Ils ont reconnu qu’il devait s’agir des fossiles d’un homme préhistorique ayant vécu avant Homo sapiens. Leur article sur Homo neanderthalensis parut en 1859, l’année même où Charles Darwin et Alfred Russel Wallace présentèrent leur théorie de l’évolution. Les deux publications ont fait exploser l’idée de la doctrine biblique de la création – et donc la vision du monde du 19e siècle.

Mais l’idée de Dieu, qui a créé l’homme au bout de sept jours comme couronnement de la création, n’était pas si facile à effacer. Depuis des décennies, les scientifiques et les érudits se disputent au sujet de l’homme préhistorique de Néandertal. L’anatomiste allemand August Franz Josef Karl Mayer, par exemple, affirmait que le squelette était en réalité un cosaque russe qui avait installé son camp dans la grotte de Feldhof pendant les guerres napoléoniennes. Il expliqua ainsi son étrange physique : le Cosaque souffrait de rachitisme et d’arthrite, ses jambes étaient déformées à force de trop rouler et les renflements de ses yeux provenaient de rides d’inquiétude causées par la douleur. De nombreux collègues honorables ont soutenu la théorie absurde de Mayer.

A lire :  Débordé

Cependant, après l’apparition d’un deuxième crâne de Néandertal à Gibraltar, le paléontologue britannique George Busk se moqua de son collègue allemand : « Quoi qu’il ait pu se passer sur les rives de la Düssel, même le professeur Mayer ne soupçonnera guère qu’un cosaque rachitique de la campagne de 1814 ait pu s’est glissé dans les crevasses en ruine du rocher de Gibraltar.

Maintenant, lisez la suite :

Vous trouverez toute l’histoire dans le numéro de profil 35/2022 – ici sous forme de papier électronique.

Vous n’avez pas encore d’abonnement ? Testez le profil gratuitement pendant 4 semaines.

Laisser un commentaire