Léa

Netflix lance « Glass Onion » : le monde est un oignon

Ce n’est pas une période facile : alors que nous nous attardons encore sur d’anciens traumatismes (de Noël) et de nouvelles résolutions, il existe au moins une culture pop qui nous offre de nouvelles énigmes. Dans le hit Netflix « Glass Onion » du réalisateur Rian Johnson (« Star Wars : Les Derniers Jedi »), le milliardaire technologique Miles Bron (Edward Norton) invite son ancien entourage (dont Kate Hudson, Janelle Monáe, Kathryn Hahn) sur son île grecque privée pour passer un peu de temps avec le maître détective Benoit Blanc (ex-Bond Daniel Craig). vrai vie Jouer au Cluedo en période de confinement.

Edward Norton dans le rôle de Miles Bron dans "Glass Onion"

Il n’y a pas de coïncidences dans cette œuvre dans l’air du temps : l’animateur égocentrique n’est pas sans rappeler le célèbre entrepreneur Elon Musk (comme cela fait actuellement l’objet de vifs débats sur Twitter), il y a un tir secret contre le virus contagieux, et en passant il traite du grande question du moment : quelle énergie utiliserons-nous pour alimenter nos voitures, nos maisons, nos avions et nos collections d’art ? Miles Bron n’est pas le seul à le savoir : celui qui détient entre ses mains la source d’énergie prétendument sûre est propriétaire de l’avenir.

Oignon de verre : un mystère à couteaux tirés

« Glass Onion », comme le film précédent « Knives Out » (2019), est la version streaming d’un thriller mystérieux d’Agatha Christie et montre comment la culture pop post-Corona passe de l’évasion à la réflexion. Parce que 2023 sera l’année où l’industrie du divertissement sera censée apporter des réponses aux questions sur l’avenir et où les épargnants intelligents du monde seront dénoncés comme des imposteurs narcissiques. Le monde perd sa peau comme un oignon – et nous y sommes en direct.

Maintenant sur Spotify : les chansons de la semaine de Lena Leibetseder et Philip Dulle dans la playlist Aufdreh. Du nouveau tous les vendredis.

A lire :  Le Festival de Cannes se termine dans le prétoire : Palme d'or à Justine Triet

Laisser un commentaire