Léa

Neue Alben : Grizzly – « Ruines peintes »

En fait, on pourrait être heureux que le groupe de rock indépendant Grizzly Bear ait atteint son apogée il y a cinq bonnes années. Le groupe de Brooklyn, dont les membres sont désormais répartis à travers les États-Unis, a fourni en 2012 la bande originale du culte de la moustache, du fétichisme rétro et de la mode des casquettes de camionneur. En 2017, les anciens favoris hipsters semblent plus adultes, mais non moins intéressants. Sur « Painted Ruins », écrit à juste titre à l’époque de la campagne électorale américaine et de l’investiture de Donald Trump, les onze chansons montrent qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air en colère pour être terriblement bouleversé. Une bonne dose de confiance en soi aide contre le racisme, le sexisme et toutes ces bêtises, mais surtout des chansons pleines de beauté et d’harmonie. Sur le cinquième album, Chris Taylor, Christopher Bear, Ed Droste et Dan Rossen n’ont plus peur de célébrer leur passion pour les chansons pop accrocheuses. « Painted Ruins » ne ressemble que marginalement au rock indépendant ; Le son des années 2000 sert de base à une nouvelle construction sonore qui n’a plus à se soucier des tendances et des modes.

Grizzly : ruines peintes ()

Grizzly

A lire :  Le duo électronique viennois HVOB : premier au monde

Laisser un commentaire