Léa

Nouveaux albums : Adieu cher fantôme

Farewell Dear Ghost a connu un succès considérable et des apparitions en festival ces derniers mois, notamment grâce à son single à succès « We Were Wild Once ». Avec « Neon Nature », ils ont récemment sorti leur deuxième album – selon leurs propres déclarations, par pure coïncidence, un vendredi 13. Dans l’ensemble, c’est un très bon disque, même s’il est pour l’essentiel peu spectaculaire.

Quiconque a déjà eu l’occasion de connaître Farewell Dear Ghost aura probablement remarqué que ce ne sont que des gars normaux. C’est particulièrement intéressant car on a souvent l’impression qu’ils essaient de véhiculer une sorte d’image de « gentil garçon » au monde extérieur. Les lèvres écartées et les looks de chambre à coucher sur les photos du groupe, les paroles de rêve et leur pop indie paradisiaque y contribuent grandement. Par exemple, « J’ai toujours été un homme romantique avec un esprit sale » est une phrase de « Bad Ideas », une chanson de son nouvel album. Cette phrase semble très bien résumer l’ensemble du groupe, leur musique et les paroles. C’est tout à fait possible, notamment parce que les chansons sont pour la plupart très homogènes.

Pop indie douce et moelleuse

« Neon Nature » ​​est généralement une collection harmonieuse de pop indie somptueuse, non raffinée, mais finalement peu spectaculaire. Le grand succès de l’album est probablement le single « Moonglass », qui a même un potentiel similaire à celui de « We Were Wild Once ». Le mix et la production sont réussis, des chansons comme « Prince of Saigon » avec le climax de science-fiction ou « Pink Noise » avec des inserts psychédéliques ont certainement leurs points forts, mais elles ne se démarquent pas autant du tableau d’ensemble.

A lire :  Martin Kušej au Burgtheater : S'il vous plaît, prenez position !

Fleuri, délicat et rêveur : « Neon Nature » montre à quel point la pop indie de Farewell Dear Ghost peut être séduisante même sans points forts majeurs.

Laisser un commentaire