Léa

Nouveaux albums : The Nerves – « Fake »

Die Nerven : Faux (Glitterhouse)

« Lâchez tout / Libérez tout / Rien ne reste », chante Die Nerve, luttant pour un peu de répit dans la compétition quotidienne des meilleurs faits alternatifs. La désorientation sociale et politique résultant d’un fil d’actualité propagande-Trump-PornHub-4Chan 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an est le grand fil conducteur qui traverse les douze nouvelles chansons de Die-Nerven.

Après « Fluidum », « Fun » et « Out » vient « Fake ». Depuis des années, les disperseurs postpunk de Stuttgart sont, avec Isolation Berlin, l’un des groupes de rock germanophones les plus excitants. Une musique qui n’est pas seulement créée sur un coup de tête de rock star, mais qui est composée par des gens qui n’ont tout simplement pas d’autre choix. « Où veux-tu aller / Si tu as été partout », demandent-ils dans le single « Never ». « Où vas-tu / Quand quelque chose te dérange partout ». Le bruit apporte ici du réconfort, le bruit donne de la force et calme les nerfs faibles.

Comme leurs amis berlinois, Die Nerve continue de développer son art quotidien colérique, atteignant son apogée débridée, notamment lors de concerts live. Le trio de Stuttgart présente désormais son chef-d’œuvre avec son quatrième album. Les douze nouveaux « faux » joyaux sont savamment tournés vers une musique de guitare accrocheuse, à commencer par le noise rock fracassant. Cela ressemble soudain à Tocotronic, comme l’écrit à juste titre le « Süddeutsche Zeitung », mais aussi à Hüsker Dü et au triste Fehlfarben. « Fake » est merveilleusement exaltant dans sa tristesse.

A lire :  Nikbakhsh et Oppitz : « Aucun parti n'a le monopole des absurdités »

« Donnez-moi vos mensonges, donnez-moi votre souffrance », chante Max Rieger dans le morceau de clôture éponyme « Fake ». Un album sur le scandale des données Facebook, Donald Trump et Stormy Daniels ? Non, le groupe Die Nerve ne veut pas s’embarrasser de telles banalités. Il s’agit d’une vue d’ensemble. Une vie d’algorithmes. Des multiplicateurs qui expliquent, déforment et détruisent tout. Une étincelle dans le système. Et tout est fini.

The Nerves se produiront en live au Fluc à Vienne le 29 avril.

Cette semaine dans la playlist inédite :

OVNI361 : 808
Refuge pour les sourds : Nid d’abeille (chanson)
Mavi Phénix : Jaune (chanson)
Actuellement: Paradis enfer
Primordial: Exil parmi les ruines
Haley Heynderickx : J’ai besoin de démarrer un jardin
Lucie Dacus : Historien
Birgit Liedtke: Dans l’espace entre

Laisser un commentaire