Léa

« Patience » et « Geisel » : Marqués par la vie

En 1997, Christophe André est enlevé par des séparatistes tchétchènes dans le Caucase du Nord. C'est un réveil brutal lorsque quatre hommes traînent l'organisation humanitaire Médecins sans frontières hors de son lit la nuit et dans une voiture. À l’époque, il ne savait pas qu’ils traversaient la frontière tchétchène.

« Non, ce n'était pas un mauvais rêve », pense André en regardant l'ampoule nue dans sa cellule : « En fait, je suis enchaîné à un radiateur dans une pièce vide. » On peut difficilement imaginer la peur qu'André ressentit à ce moment-là.

L'illustrateur et auteur canadien Guy Delisle, connu pour ses carnets de voyage et de vie laconiques « Shenzhen », « Pyongyang » et « Notes de Jérusalem », dépeint dans sa bande dessinée de 432 pages une attente sans conscience. Pour ce faire, Delisle, né au Québec en 1966, n'a besoin que de tons gris-bleu et d'un décor qui ne change pratiquement pas.

Contrairement à ses œuvres précédentes, « Hostage » ne consiste pas en des observations tranquilles d'un pays irréel, mais plutôt en reflétant les pensées, le désespoir, les peurs et les besoins de la victime d'un enlèvement. Pour Christophe André, c'est 111 jours d'attente, sans savoir si on le considère comme mort ou si des efforts sont faits pour le sauver. Avec Delisle, vous pouvez littéralement sentir ce temps passer.

Science-Fiction-Lovestory psychédélique

La dernière bande dessinée de l'illustrateur américain Daniel Clowes apparaît non seulement irréelle, mais plutôt folle. L'éponyme Patience et son petit ami Jack forment un couple typique issu des marges de la société. Elle est marquée par une enfance pleine de violence, d'humiliation et de soucis d'argent ; il travaille comme distributeur de flyers pour un cinéma porno.

Pendant quelques courtes pages, il semble même y avoir de l'espoir pour eux deux. Patience et Jack attendent un enfant. Mais quelques jours plus tard, Jack, sceptique, découvre sa petite amie assassinée dans leur appartement commun – et les événements commencent à se dérouler.

Jack est un anti-héros typique à la Daniel Glowes. Dès le début, il n’a aucun espoir de sortir indemne de cette histoire. Jack est arrêté comme suspect, est libéré et traverse des années de tourments et d'incertitude. Après sa libération, l'intrigue saute dans le futur jusqu'à ce qu'il obtienne un téléporteur en 2029, près de 20 ans après le crime, pour empêcher le meurtre.

Daniel Clowes a acquis une renommée internationale grâce à l'histoire touchante du passage à l'âge adulte « Ghost World », qui a été adaptée en film en 2000 par le réalisateur Terry Zwigoff avec Scarlett Johansson et Steve Buscemi. Ses histoires troublantes et surréalistes sur les chasseurs de fortune, les perdants et les nerds reflètent les États de banlieue avec une urgence indubitable.

Après « The Death Ray » (2011), « Patience » est un autre chef-d’œuvre, une aventure spatiale de voyage dans le temps aux couleurs vives, une histoire d’amour de science-fiction psychédélique et un livre sur les grandes questions de l’humanité : l’amour, la mort, la famille, la vengeance – et que les Êtres du temps et de l'espace.

Daniel Clowes : Patience (Reproduit, 180 S., 29,- EUR)

Guy Delisles : Geisel (Reproduit, 432 S., 29,- EUR)

A lire :  "Et si Trump devenait président ?"

Laisser un commentaire