Léa

Première vidéo : « Taste my blood » d’Ebow

Vulnérabilité et force, intimité et coups de poing. The BLOOD, qui devrait être écrit ici en majuscules, représente la féminité et l’émancipation, un morceau de battle rap féministe et l’art de s’autonomiser. La rappeuse munichoise Ebru Düzgün (avec une résidence secondaire à Vienne) fait de la musique politique dans le meilleur sens du terme depuis son premier album « Complexity ».

Dans son nouveau single « Schmeck mein Blut », Ebow défend la nécessité de mettre de côté toute honte et de gifler tous les sexistes, les racistes de tous les jours et tout le patriarcat. Les haineux continueront de détester. Les amoureux vont adorer. Bien sûr, la musique doit aussi être bonne. Dans « Schmeck mein Blut », Ebow oscille non seulement entre rap politique et réflexions personnelles, mais a également le rythme adapté à chaque humeur.

En savoir plus:

Coup de sous-tileur : « Dans l’urgence du temps » de Hyäne Fischer

Pourquoi la chanson « Cordula Grün » est devenue un succès estival.

Cette semaine dans la playlist inédite :

Jeff Tweedy : Chaud
Pêcheur Hyène : Dans l’urgence du temps
Funérailles chics : Superstition
Julia Holter : Volière
Syndrome de la main extraterrestre : Contes de réveil (EP)
QUOI: Zinc (Chanson)
Lonnie Holley : MYTHE
Jens Friebé: Baise Pénétration
SE DÉPLACER: Couleurs (chanson)
Foutu : Dosez vos rêves
Pouls de Smith : Ne m’aime pas comme ça (chanson)
Fondant : Modifier (chanson)
Christine et les reines : 5 dollars (Chanson)
Andrea Fissore : Les ombres de la lune (chanson)
Tu: Transcender les dualités (chanson)

A lire :  « Kei Herz net » : l'auteure Andrea Roedig à propos de son nouveau livre

Laisser un commentaire