Léa

Romy Schneider : La mélancolie

« Je ne veux plus donner toutes mes forces et mes nerfs juste pour ce travail. Cela ne me suffit plus. Ce n’est plus suffisant. » C’est ainsi que Romy Schneider, âgée de seulement 27 ans, répondait aux questions du documentariste Hans-Jürgen Syberberg (seulement trois ans son aîné) au printemps 1966.

Elle semblait désillusionnée et fragile, une sceptique qui ne parvenait plus à concilier son image de jeune impératrice du cinéma kitsch avec celle de star de cinéma qui jouait dans les films d’auteur de Visconti, Preminger et Welles. Le mythomane Syberberg a accompagné la viennoise têtue pour la télévision bavaroise pendant trois jours à Kitzbühel dans le cadre de vacances au ski.

Trop « mélancolique »

Cependant, un peu plus tard, sous la pression de la rédaction de la télévision et du mari de l’actrice (qui trouvait Schneider trop « mélancolique »), il n’a pas été autorisé à projeter la version originale de 90 minutes du film. Ils ont exigé 32 coupes, détruisant le continuum documentaire de Syberberg, ainsi qu’une réduction à 60 minutes. « Romy, portrait d’un visage » est désormais à nouveau disponible dans une version autorisée par le réalisateur lui-même, même si les 30 minutes omises ont été perdues.

La maison d’édition munichoise Schirmer/Mosel, qui publie depuis des années des textes et des photos sur Romy Schneider, met actuellement sur le marché deux nouveaux volumes sur l’actrice légendaire, dont l’un – « Romy à Kitzbühel 1966 » – accompagné d’un DVD. du film Syberberg. Le 23 septembre marque le 80e anniversaire de sa naissance ; Schneider est décédée le 28 mai 1982, brisée par la mort de son fils, l’alcool et les pilules. Elle n’avait que 43 ans.

A lire :  Stefanie Sargnagel : "Peur, fatiguée, démotivée – c'était facile à jouer"

Les archives cinématographiques commémorent les Grands au Metro Cinema de Vienne jusqu’au 3 octobre, en présentant huit œuvres majeures de la phase française, du thriller de Delon « La Piscine » à son dernier film, « La Poussette de Sans-Souci » (1982).

Hans-Jürgen Syberberg : Romy à Kitzbühel 1966 Schirmer / Mosel, 128 pages, 20,40 EUR

Adieu Romy – portraits et images de films de Schirmer / Moselle, 192 pages, 10,30 EUR

Laisser un commentaire