Léa

Sang de saucisse

On dirait qu’ils sortent d’un livre pour enfants de Christine Nöstlinger ou d’Astrid Lindgren : cheveux ébouriffés, pulls déchirés, pantalons amples et amples. Ils se comportent de manière indisciplinée et ils ne se sont probablement pas douchés non plus. Les actrices Miriam Fussenegger, Saskia Klar et Lena Kalisch incarnent l’auteure Stefanie Sargnagel au théâtre Rabenhof de Vienne, entre dépression matinale, sursaut d’énergie sur la patinoire et crash : Pippi Brindacier à Tschocherl-Land.

La base de la revue divertissante « Ja, eh! », à laquelle la star de l’Austropop Voodoo Jürgens apporte en direct ses chansons viennoises habilement malveillantes, est le texte de Sargnagel « Penne vom Kika », avec lequel elle a remporté le prix du public au concours de lecture Bachmann à Klagenfurt. l’année dernière. De plus, des publications en ligne et des commentaires de l’auteur ont été intégrés. Il s’agit de grandir (et de le combattre) ; sur ce que c’est que d’être soudainement demandé dans le monde littéraire ; sur le fait que travail et beuverie ne vont pas ensemble, mais aussi sur leur place dans une tradition artistique viennoise qui n’est pas étrangère à une tendance à la physicalité grossière : « Les actionnistes fouillaient joyeusement dans leur propre merde, et si tout cela restait encore Cela vous semblait trop idyllique, vous venez de lire une scène de sexe de Jelinek.

Laisser un commentaire