Léa

Série TV « The Deuce » : L’affaire des corps

Manhattan, 1971. Eileen Merrell (Maggie Gyllenhall) est connue pour trois choses dans les rues autour de Times Square : elle porte des vêtements de travail accrocheurs (bottes à talons hauts, crop top, perruque bouclée), elle est connue sous son nom de scène pertinent. Candy et elle travaillent en premier lieu juste pour leur propre portefeuille. Dans l’univers de « The Deuce », la nouvelle série télévisée américaine de David Simon (« The Wire », « Treme »), cela signifie qu’elle n’a pas besoin d’un proxénète pour se frayer un chemin dans le monde brutal de la prostitution.

Partant de la prostitution de rue autour de Times Square à New York, le réalisateur Simon raconte comment les films pornographiques sont passés d’une activité secondaire dans une arrière-boutique minable à une industrie milliardaire.

Dans « The Deuce », l’histoire du commerce du sexe devient un portrait nostalgique de la société. Simon, qui a débuté sa carrière comme sténographe judiciaire à Baltimore, se concentre sur la classe ouvrière. Il se soucie des femmes comme Candy, des petits barmen et des joueurs (James Franco dans un double rôle), des policiers sous-payés, des proxénètes qui doivent être plus durs avec leurs femmes qu’ils ne le souhaiteraient. La question qui se pose : qui gagne de qui – et pourquoi ?

Affaires avec les corps

Dans sa nouvelle série HBO, Simon ne se soucie pas de savoir si la pornographie est bonne ou mauvaise ; Il s’abstient catégoriquement de porter des jugements moraux. Le créateur de la série, âgé de 57 ans, préfère se demander comment le pouvoir et l’argent sont liés et comment cela affecte la société et les individus.

Dans « The Deuce », ce sont d’abord les proxénètes qui gagnent de l’argent, puis la mafia et, plus tard, l’industrie du divertissement en Californie. Les femmes sont simplement remplacées lorsqu’elles ne sont plus nécessaires.

L’homme n’a pas sa place dans l’affaire des corps.

« The Deuce » est diffusé sur la chaîne payante « Sky » depuis septembre.

A lire :  Archives du Soudan et John Legend : Formation de légende

Laisser un commentaire