Léa

Spitzberg : Une ville est en train de fondre

Soudain, l’alarme de Trond, l’homme de Line Nagell Ylvisåker, a sonné. Il est pompier et elle est journaliste à l’hebdomadaire « Svalbardposten ». Entre deux changements de couches, elle mettait à jour le site Internet de son journal et ne réalisait que lentement ce qui s’était passé au milieu de sa ville de 2 100 habitants : une avalanche s’était déclarée sur Sukkertoppen, la montagne locale de Longyearbyen, et avait enseveli une colonie entière. Ce n’est que plus tard qu’Ylvisåker apprendra que son ami, le météorologue Eli Anne Ersdal, se battait pour sa vie pendant ces minutes. Ersdal prenait un café avec un ami de la famille le matin du 19 décembre 2015, lorsque des masses de neige ont frappé de plein fouet la petite maison de leurs hôtes. Il a tourné une fois sur son propre axe. Ersdal fut projeté à travers la cuisine et enterré dans la neige. Il a fallu 38 minutes angoissantes aux sauveteurs pour la libérer. Les autres personnes présentes dans la maison ont également survécu. Un homme et une fillette de deux ans de la colonie sont morts.

profil : L’avalanche a été le début d’une série de catastrophes qui ont frappé votre ville. Vous sentez-vous toujours en sécurité à Longyearbyen ?

Neuf morts dans l’Oural et leur secret

Von Siobhan Geets

Ylvisåker : L’avalanche a été un choc. Puis vint 2016, l’année la plus chaude et la plus pluvieuse jusqu’à présent au Svalbard. De nombreuses coulées de boue se sont produites et certaines parties du village ont été évacuées à plusieurs reprises. En février 2017, j’étais assis à la rédaction lorsqu’une autre avalanche s’est détachée du Sukkertoppen et que des masses de neige ont déferlé sur le centre-ville. On ne peut jamais être complètement à l’abri des catastrophes naturelles. Mais je me sens plus en sécurité aujourd’hui qu’avant. profil : Pourquoi ?

Ylvisåker : Mes conversations avec des climatologues m’ont aidé à mieux comprendre l’environnement qui nous entoure. Et les mesures de sécurité dans la ville. Au moment où nous parlons, les hélicoptères survolent les barrières de neige sur le Sukkertoppen. Il sera bientôt recouvert d’un pare-avalanche. Les autorités ont également démoli certaines maisons dans les zones dangereuses et construit de nouvelles zones résidentielles.

profil: Même si le monde atteint son objectif climatique d’un réchauffement de deux degrés, Longyearbyen aura huit degrés de plus d’ici la fin du siècle. Pourquoi le changement climatique se produit-il si rapidement pour vous ?

Ylvisåker : La principale raison est la fonte des glaces marines. Il formait une couche isolante entre l’eau plus chaude et l’air polaire froid. Maintenant, l’eau réchauffe l’air. En mars et avril, moins 25 degrés étaient tout à fait normaux. Maintenant que la glace dans les fjords a disparu pendant la majeure partie de l’année, les températures descendent rarement en dessous de moins 15 degrés.

profil: Pourquoi les nuits polaires sont-elles devenues plus sombres ?

Ylvisåker : Parce qu’il n’y a pas de neige. À partir de la mi-novembre, il n’y a plus de lumière ici et la roche nue plonge notre ville dans l’obscurité totale pendant plus de trois mois.

Les habitants du Svalbard souffrent non seulement énormément du changement climatique, mais ils y contribuent également de manière significative. Un nombre incroyable de 75 tonnes de CO2 sont attribuées chaque année à un résident du Svalbard. A titre de comparaison : un Norvégien moyen émet 8,4 tonnes, contre 4,8 tonnes par personne dans le monde. La principale raison est la centrale électrique au charbon, qui est actuellement la seule source d’énergie à Longyearbyen. À cela s’ajoute l’approvisionnement peu pratique. Tout doit être expédié ou transporté par avion vers les îles situées loin au nord.

Déjeuners de travail, visites à la famille, vacances : les habitants du Spitzberg sont également tous des voyageurs fréquents. Une étude du centre universitaire a montré que chaque vol aller-retour à destination d’Oslo produit suffisamment de CO2 pour faire fondre un mètre carré de glace arctique en été – par passager, remarquez.

profil: Vous voyagez toujours sans mauvaise conscience ?

Ylvisåker : Non, cela a complètement changé. Quand j’étais plus jeune, j’étais fier de ma carte de fidélisation et de ma sophistication. Aujourd’hui, j’essaie de voler le moins possible. Si je dois me rendre sur le continent, je reste plus longtemps, je rends visite à des amis et à des parents, je vais chez un ophtalmologiste et je fais toutes les courses nécessaires. Heureusement, de nombreuses réunions professionnelles se sont déroulées en ligne en raison de la pandémie.

profil: Lorsque vous faisiez des recherches sur votre livre sur le climat, vous vous demandiez s’il était encore acceptable de vivre au Svalbard. Qu’est-ce qui vous a empêché de revenir sur le continent ?

Ylvisåker : La situation politique. Le Svalbard est une zone neutre et démilitarisée. Le traité du Spitzberg de 1925 stipule que chacun peut vivre ici sans visa ni contrat de travail. La fonte des glaces rend les ressources accessibles et crée le désir. Ici, je pensais simplement laisser la nature se débrouiller seule. Mais si la Norvège abandonnait le Svalbard, qui viendrait et comment traiterait-elle la nature ? Je pense qu’il est important que nous préservions au mieux la région pour les générations futures.

profil: Pourquoi n’y a-t-il pas d’énergie renouvelable au Svalbard ?

Ylvisåker : Longyearbyen traverse actuellement une période de changement. Nous voulons devenir une ville plus verte. La dernière centrale électrique au charbon fermera ses portes en 2023. Le gouvernement régional réfléchit actuellement à la manière dont nous pourrions utiliser le soleil, l’eau, la géothermie et l’énergie éolienne. Les générateurs diesel contribueront à la transition vers les énergies renouvelables.

profil: Malgré toutes les catastrophes, de nombreux habitants du Svalbard doutent du changement climatique provoqué par l’homme. Avez-vous une explication à cela ?

Ylvisåker : C’est une vérité qui dérange. Beaucoup de gens disent que la glace et le temps ici ont toujours changé. Dans une certaine mesure, c’est vrai : dans mon livre, j’essaie d’expliquer comment nos émissions de CO2 perturbent le cycle naturel de l’Arctique.

profil: Comment vos compatriotes ont-ils réagi au livre ?

Ylvisåker : Étonnamment positif. Même les vieillards de la ville le lisaient. Son seul commentaire a été : « Vous aviez le mal de mer ! » Cela m’a fait plaisir, car la partie où je décris mon voyage avec le navire de recherche Helmer Hanssen se trouve très loin dans le livre.

profil: Comprenez-vous la colère de nombreux Svalbards face à l’élimination progressive du charbon ?

Ylvisåker : Absolument. Longyearbyen a été fondée en tant que ville charbonnière et beaucoup en sont fiers. Ils ne voient pas pourquoi nous fermons notre mine de charbon alors que la Grande-Bretagne construit une nouvelle usine de lignite. La houille a un pouvoir calorifique beaucoup plus élevé et l’industrie en a besoin pour construire des systèmes photovoltaïques et des éoliennes.

profil: De nombreuses îles pourraient couler à cause de l’élévation du niveau de la mer. Ce danger existe-t-il également au Spitzberg ?

Ylvisåker : C’est le contraire qui se produit. En raison du poids toujours décroissant des glaciers, l’île sort déjà de l’eau. Les scientifiques s’attendent également à ce que la pointe sud de l’île se détache en raison du retrait des glaciers d’Hambergbukta. Cela pourrait arriver d’ici 35 à 45 ans si la fonte progresse au rythme actuel. Peut-être que cela peut même être plus rapide.

profil: Quelles seront les conséquences?

Ylvisåker : C’est incertain. La voie navigable qui en résulterait pourrait laisser passer l’eau réchauffée par le Gulf Stream et réchauffer l’est du Svalbard, qui est désormais plus froid. Si le courant circule dans l’autre sens, des masses d’eau plus froides pourraient refroidir l’ouest.

Trois ours polaires ont trotté directement vers Line Nagell Ylvisåker, son mari et leurs deux jeunes enfants. Les Ylvisåkers marchaient sur un promontoire et l’ourse et ses deux oursons presque adultes se trouvaient à moins de 50 mètres. « Je vais prendre les enfants, tu fais fuir les ours », a dit Line Ylvisåker à son mari. Il s’est approché résolument des animaux et a tiré une fusée rouge en l’air alors qu’ils se précipitaient le long de la plage vers la cabane, un enfant dans chaque main.

Les excursions dans la nature sont la véritable raison pour laquelle elle vit au Svalbard, explique la journaliste qui a grandi à 300 kilomètres au nord d’Oslo. Ce jour-là, elle avait loué un chalet indépendant pour passer quelques jours à la neige. Bien sûr, elle avait espéré ne jamais rencontrer d’ours en présence des enfants. La rencontre involontaire s’est terminée dans le bonheur : les ours ont été effrayés, au moins brièvement. Mais ils s’installèrent confortablement au-dessus de la cabane. Afin d’éviter de nouvelles confrontations, Ylvisåker et sa famille sont rentrées chez elles plus tôt que prévu.

profil: Portez-vous toujours un fusil avec vous lorsque vous partez en randonnée ?

Ylvisåker : Oui. La plupart des ours sont simplement curieux et sont dissuadés par les fusées éclairantes et les cris bruyants. Dans le cas contraire, il faut pouvoir se défendre en cas de doute.

profil: Pour qui une telle collision est-elle la plus dangereuse, pour les ours polaires ou pour les humains ?

Ylvisåker : En moyenne, moins de trois ours sont abattus chaque année en état de légitime défense. Depuis 2011, deux personnes sont mortes suite à des attaques d’ours polaires.

profil: Les ours viennent-ils aussi dans votre ville ?

Ylvisåker : Très rare. Mais ils pénètrent de plus en plus souvent dans les refuges de randonnée des environs. Avant d’avoir des enfants, mon mari et moi allions souvent camper. Nous avons installé des fils-pièges et avions des chiens avec nous. Ce n’est pas particulièrement tentant avec les enfants. Nous devrons être avec un groupe plus important pour surveiller les ours à tour de rôle la nuit.

profil: Vous avez parlé à des biologistes qui étudient les ours polaires depuis des années. Les animaux vont-ils disparaître ?

Ylvisåker : On peut se demander s’ils survivront au Svalbard. Les ours chassent leur proie la plus importante, le phoque, sur la glace marine qui se forme devant les glaciers. Moins de glace signifie moins de nourriture. Aujourd’hui encore, seul un ourson sur trois survit aux deux premières années.

profil: Avez-vous encore de l’espoir ?

Ylvisåker : Les ours polaires disparaîtront certainement de certaines régions, mais ils survivront dans d’autres endroits. L’ours polaire est une évolution de l’ours brun et a environ cinq millions d’années. Il a donc déjà survécu à plusieurs périodes chaudes.

Line Nagell Ylvisåker

39 ans, a grandi à Sogndal, en Norvège, a étudié le journalisme et est arrivée au Spitzberg en 2006 pour effectuer un stage à l’hebdomadaire « Svalbardposten ». Aujourd’hui, elle vit avec son mari et ses deux enfants au pied du Sukkertoppen, dont les masses de neige ont détruit une colonie voisine en 2015. L’emplacement de votre propre maison est considéré comme sûr. Dans son livre, Ylvisåker raconte à quelle vitesse la vie quotidienne évolue dans l’Arctique et discute avec des météorologues, des océanologues et des climatologues du réchauffement climatique.

A lire :  Cyberama : Superintelligence

Laisser un commentaire