Léa

Sven Regener : Le frère Lehmann

Chaque époque a ses héros. C’est l’époque de Sven Regener, 56 ans, qui apparaît actuellement un peu omniprésent avec « Wiener Straße », le cinquième roman du milieu « Herr Lehmann », ainsi que l’adaptation cinématographique du quatrième tome de la série « Magical Mystery « . Il ne faut pas penser que c’est mauvais de se demander : à quoi ça sert ? Qu’est-ce qu’il y a de si attirant chez Sven Regener, et que dit cet appel de notre époque ? Est-ce juste le flegme bourgeois de son art (qui est souvent noté par des critiques critiques à l’égard de Regener) ? Ou est-ce exprimé dans son Au contraire, cela crée-t-il un désir de plus de clarté, de force d’opinion, d’authenticité ? En fait, Regener sert les deux, son art se situe exactement à mi-chemin entre l’authenticité et la mascarade. , il concerne tout et rien, joue avec l’imitation (des types, de l’argot, des sentiments) et donne Il est sûr de lui réel (et toujours typique). Regener écrit de manière très agressive ce qu’il veut, ce que personne n’ose apparemment plus faire de nos jours , mais il n’ose le faire que sur le mode du burlesque et du laconicisme, c’est-à-dire dans le cadre d’émotions régulées et d’attentes contenues. C’est drôle et sympathique, vain et faux. L’heure est aux nouveaux héros.

Sven Regener : Wiener Straße. Maison d’édition Galiani, 304 S., 22,70 EUR

A lire :  Kristen Stewart dans le rôle de la princesse Diana : Royal Flush

Laisser un commentaire