Léa

The Bee Man : Neil Young sort « Earth »

Il y a suffisamment de bonnes raisons d’aimer Neil Young. Son penchant décalé pour les voitures anciennes, la lutte contre les grandes entreprises comme Monsanto et Starbucks, son engagement en faveur de la « Bridge School » californienne, qui permet aux enfants et aux jeunes souffrant de handicaps physiques et d'élocution de mener une vie normale. D'un point de vue musical, l'entêtement et l'attitude intransigeante de Young alimentent sa créativité continue. Même après plus de 30 albums, la légende septuagénaire du rock ne se lasse pas de s'occuper de la politique, de la musique pop et de son environnement. Young vit la résistance comme aucun autre. Sur « Earth », son dernier album (live), lui et son groupe actuel, Promise of the Real, mélangent des chansons live avec des sons d'animaux d'insectes, d'amphibiens, d'oiseaux, de reptiles et de mammifères pour former un manifeste de colère. Parce qu'une chose est devenue encore plus importante pour Young au fil des ans que toute autre chose amour et paix Chanter, c’est aborder les grandes questions de la terre. Que plante-t-on ? Que mangent nos enfants ? Comment pouvons-nous aider nos agriculteurs? Que va-t-il se passer ensuite avec le réchauffement climatique ? Il semble donc que Neil Young, l’éternel fauteur de troubles, ait développé un certain calme à partir de sa mission actuelle.

Pas découragé

Young ne semble plus gêné par le fait que Donald Trump abuse de son hymne de la liberté « Keep on rockin' in the free World » pour une campagne électorale. Après tout, les États-Unis sont toujours un pays libre – et une chanson de protestation reste une chanson de protestation, même si elle est utilisée par un candidat républicain fou à la présidentielle. Le Californien, par choix, a-t-il récemment déclaré, quitterait simplement le pays et retournerait dans son pays d'origine, le Canada, si Trump accédait à la Maison Blanche. Tant que cela n’arrivera pas, Young continuera à poursuivre son chemin sans se laisser décourager.

A lire :  Puppy and Wave : Le nouveau roman de Nick Hornby

Vous pourrez le constater par vous-même en direct le 23 juillet – au milieu des fleurs et des animaux – à Clam Castle.

Neil Young : Terre (Warner)

Laisser un commentaire