Léa

The Go-Betweens : Robert Forster en concert à Vienne

En raison de la difficulté de maintenir le style de vie d’une rock star avec les salaires des musiciens, le genre des mémoires connaît une inflation depuis des années. « Grant & Me – The Go-Betweens et l’histoire d’une amitié hors du commun » est la rare exception parmi les licenciements. « Je voulais raconter l’histoire d’un groupe qui était toujours dans la rue, pas au dernier étage d’un hôtel cinq étoiles »explique l’auteur Robert Forster dans une interview. Avec son partenaire Grant McLennan, décédé en 2006 à seulement 48 ans, il a fait son chemin dans le monde de la musique pendant plus de trois décennies. « Dans les années 1980, nous vivions dans la ville de la musique pop qu’est Londres, où il y avait beaucoup d’argent en circulation. La pression commerciale était donc forte. Mais cela signifiait aussi que nous avions toujours cette promesse à l’esprit : si nous produisons un single à succès, , nous n’avons pas à « faire plus que vivre dans un squat avec 50 livres d’argent de poche par semaine ».

Robert Forster présente le 29 novembre. ses mémoires « Grant & I » au Théâtre März de Vienne.

Reconnaissance tardive

Dans « Grant & I », les échecs répétés des intermédiaires sont documentés avec autant de détails que la reconnaissance tardive. Forster le décrit surestimation de soi chez les jeunes, ce qui l’a amené, lui et son bohème et cinéphile McLennan, à voyager de Brisbane, en Australie, à l’autre bout du monde avec rien d’autre que leurs chansons dans leurs bagages. Forster se souvient : « La seule personne qui avait autant d’arrogance et d’ambition que moi était Grant. Tout le monde autour de nous savait ce qu’il allait faire de sa vie. Grant et moi devions le découvrir. Nous voulions voyager, nous voulions à l’étranger, nous n’avions pas de petite amie et n’avions que des emplois à temps partiel, nous étions toujours de garde. Cela nous a rapprochés jusqu’à ce que nous formions les Go-Betweens.

A lire :  Arctic Monkeys : De retour sur Terre

Forster décrit cela avec sensibilité Période d’aliénation de son petit ami après sa rupture traumatisante avec la violoniste et hautboïste Amanda Brown. Il mentionne avec désinvolture sa propre consommation occasionnelle d’héroïne comme raison d’une infection par l’hépatite C. Quelqu’un qui peut raconter des histoires d’une manière aussi engageante n’a pas besoin de sensations.

Robert Forster : Grant & Me – The Go-Betweens et l’histoire d’une amitié hors du commun. Heyne, 368 pages, 22,70 euros

Laisser un commentaire