Léa

Troc : dioxyde de carbone contre oxygène

Plus il y a de dioxyde de carbone dans l’air, plus les plantes le transforment en oxygène et en glucose. Cette hypothèse existe depuis longtemps et des chercheurs de l’Université de Californie ont pu pour la première fois en calculer précisément l’ampleur : la flore mondiale réalise aujourd’hui douze pour cent de photosynthèse de plus qu’il y a 40 ans. Cela signifie qu’il absorbe environ un tiers du CO2 produit par les combustibles fossiles chaque décennie, ce qui nous laisse un temps précieux dans la lutte contre le changement climatique.

La seule question est : pour combien de temps encore. L’auteur de l’étude, Trevor Keenan, suppose que la saturation se produira à un moment donné du processus. Par exemple, lorsque le sol est trop épuisé pour fournir davantage de biomasse. « Nous ne savons pas quand et
dans quelle mesure cela se produira. Mais les usines auront alors une capacité moindre à compenser nos émissions.

A lire :  Cyberama : Parlons porno !

Laisser un commentaire