Léa

« Un jeu de dames » d’Elfriede Jelinek : Lisa’s Lust

Les éditeurs criminels berlinois ont déniché un diamant brut avec le scénario « Un jeu de dames » d’Elfriede Jelinek de 1980. Le futur prix Nobel de littérature avait prévu « Un jeu de dames » comme un film somptueux avec une participation financière de la télévision et un casting de rêve composé de Serge Gainsbourg et de Tilda Swinton.

L’entreprise a échoué et la publication du scénario est un coup tardif. Le film se déroule à Vienne, qui, en tant que carrefour entre l’Est et l’Ouest, offre le cadre idéal pour un thriller d’espionnage classique, qui prend cependant des tournures surprenantes dans le cas de Jelinek : le juif polonais Andzrej introduit clandestinement des puces électroniques dans le bloc de l’Est ; Il rencontre Lisa, une étudiante en théâtre issue d’une bonne famille. Andzrej et Lisa se lancent bientôt dans une liaison désastreuse qui se termine dans la violence.

Jelinek donne le ton fondamental de l’histoire dans l’introduction : « Tristesse, qui doit cependant être associée à une grande légèreté, ainsi qu’à un détachement ironique et à la capacité de prendre ses distances, élément typique de la culture juive orientale.  » Avec Lisa, chaque geste est une production ; La haute bourgeoisie rencontre la pègre, la progéniture riche rencontre l’émigrant polonais – linguistiquement (et socialement), cela est précisément capturé.

Lisa est une prédécesseure du pianiste froid et obsessionnel de Jelinek ; Elle ressemble également beaucoup à Sophie de « The Locked Out », qui appartient à une bande de jeunes qui tuent par ennui. Le regard révélateur de Jelinek sur ses personnages est pointu et impitoyable. Les lieux de ce scénario viennois sont nommés avec précision : Andzrej et Lisa passent un week-end romantique à l’hôtel Panhans am Semmering ; Hietzing, Grinzing, Kagran et le Prater servent de toile de fond. Le scénario « Un jeu de dames » se lit presque comme un roman de Jelinek.

A lire :  La conseillère municipale à la Culture Kaup-Hasler à propos du théâtre populaire : « Il n’est pas nécessaire que ce soit un théâtre de répertoire »

Elfriede Jelinek : Un jeu de dames. Maison d’édition criminelle. 120 p., 15,50 euros

Laisser un commentaire