Léa

Une mauvaise rage : Qu’est-ce qui aide contre le clone de renouée ?

Vert agressif, dévorant et venimeux : la description de la renouée du Japon semble tirée du scénario d’un film d’horreur extraterrestre. Pour la flore locale, cette plante de trois mètres de haut constitue en réalité une invasion. Un petit morceau de racine échoué suffit à former un nouveau clone de renouée. Il pousse chaque année sur plusieurs mètres de large et déplace presque toutes les herbes qui l’ont précédé. Sur les rives du Danube, de Passau à Hainburg, la renouée du Japon, introduite au début du XIXe siècle, s’est répandue de manière alarmante, car ses racines et ses pousses se sont propagées lors d’inondations ou à cause de soins inappropriés. Ce n’est pas seulement un problème pour la biodiversité, mais aussi pour la stabilité des barrages : « Comme la renouée gèle en hiver, des zones d’érosion se créent sans végétation jusqu’à ce qu’elle repousse au printemps », explique Barbara Becker de viadonau. C’est pourquoi la compagnie des voies navigables responsable des rives du Danube combat l’usine depuis des années. Les tentatives de flambage, de coupe et même de traitement des racines avec de l’azote liquide n’ont eu que peu d’effet. Les clones sont actuellement coupés six fois par an et plantés de graminées et d’herbes indigènes. Mais cela coûte cher et le succès est gérable.

C’est pourquoi l’écologiste Becker compte désormais sur l’aide des animaux : depuis le printemps dernier, neuf moutons camerounais paissent dans deux zones expérimentales à Zeiselmauer, en Basse-Autriche. Ces animaux minces sont coriaces, résistants à la chaleur et surtout peu difficiles. «Ils grignotent chaque jour les jeunes pousses de renouée», explique Becker. Cela en fait la meilleure arme contre cette herbe à ce jour. Comme l’ont montré des expériences précédentes, le plus grand dommage pour la plante est lorsque ses pousses sont endommagées le plus souvent possible – et c’est exactement ce que font les moutons. Un clone qu’ils ont « traité » avait 13 000 pousses l’année dernière et couvrait une superficie de 25 mètres carrés. Cette année, à la fin de l’automne, la plante vivace n’est presque plus visible. Quelques tiges courtes dépassent entre les brins d’herbe, la sauge indigène et l’avoine ont à nouveau fait de la place. «La première année d’essais donne des raisons d’espérer que la renouée pourra être maîtrisée à long terme», déclare Barbara Becker de viadonau.

A lire :  Les virus se cachent dans les écuries européennes

Maintenant, lisez la suite :

Vous trouverez toute l’histoire dans le numéro de profil 47/2021 – ici sous forme de papier électronique.

Vous n’avez pas encore d’abonnement ? Essayez profil pendant 4 semaines gratuitement.

Laisser un commentaire