1694548396 image removed placeholder.jpg

Léa

Vaccination Corona : tout sur AstraZeneca

Quand survient une thrombose ?

Lorsqu’un caillot se forme dans un vaisseau sanguin, c’est un thrombus qui bloque le vaisseau. Les veines sont généralement touchées : les vaisseaux sanguins qui ramènent le sang vers le cœur. Les veines des jambes ou du bassin sont souvent touchées, ce qui peut entraîner une embolie pulmonaire. Outre les facteurs génétiques, les facteurs de risque comprennent le manque d’exercice, l’obésité, le tabagisme, le fait de rester assis pendant de longues périodes, par exemple sur les vols long-courriers, et les préparations hormonales comme la pilule. Les maladies plus graves entrent dans la classe des thromboembolies. En général, leur fréquence (l’incidence de fond) est estimée à environ deux cas pour 10 000 personnes. Récemment, la question a été débattue de savoir si les vaccins Covid augmentent également le risque de développer une thromboembolie. Pour une réponse fiable, il faut d’abord distinguer deux variantes de cette maladie.

Comment est née la suspicion de danger ?

Les choses ont commencé à bouger lorsque des thromboses de divers degrés de gravité ont été rendues publiques il y a une semaine. La question était : ces cas augmentent-ils parmi les personnes vaccinées ? Ou pourrait-on également s’attendre à un nombre de cas similaire à une époque sans vaccination ? Jeudi de la semaine dernière, l’Agence des médicaments (EMA) a signalé 469 cas d’événements thromboemboliques liés à AstraZeneca : 191 d’entre eux se trouvaient dans l’UE, le reste en Grande-Bretagne.

Comparons avec l’incidence de base : environ 500 cas sur environ 20 millions de personnes vaccinées dans l’UE et en Angleterre donnent environ 0,25 pour 10 000 – soit beaucoup moins que ce à quoi on s’attend généralement, ce qui peut être dû à une « sous-déclaration » : tous les effets secondaires ne sont pas sont rapportés. Mais une chose est sûre : il n’y a pas d’augmentation du risque en matière de thromboembolie générale. L’EMA a donc donné le feu vert à cet égard : la vaccination ne présente aucun risque supplémentaire.

Alors pourquoi de nombreux pays ont-ils suspendu la vaccination avec AstraZeneca ?

Car une variante particulière de thrombose a été constatée par la suite : la thrombose sinusale ou veineuse cérébrale. Un caillot sanguin bloque une veine cérébrale, provoquant une accumulation de sang dans les vaisseaux cérébraux, ce qui constitue une complication très rare mais grave. La situation des données est ici différente : à la fin de la semaine précédente, l’Allemagne à elle seule a signalé 13 cas de ce type sur 1,7 million de vaccinations. On s’attendrait à deux à cinq cas par million d’habitants et par an. Il existe également des études qui évaluent la fréquence entre 13 et 15 par million par an, mais l’Allemagne a presque atteint ces chiffres en quelques semaines. Ils sont définitivement alarmants, d’autant plus que d’autres rapports suivront certainement.

A lire :  Année bissextile 2016 : 6 faits sur le 29 février

Et il y avait d’autres anomalies : ce sont principalement les femmes entre 20 et 50 ans qui étaient touchées. Les autorités norvégiennes ont évoqué un risque multiplié par neuf chez les femmes plus jeunes. Dans de nombreux cas, une thrombocytopénie s’est produite en même temps qu’une thrombose des veines cérébrales : une baisse spontanée du nombre de plaquettes sanguines. Les experts considèrent cette combinaison comme extrêmement inhabituelle. «Il faut vraiment approfondir et examiner la question à fond», explique le virologue viennois Norbert Nowotny.

Le même phénomène a été signalé dans les pays scandinaves et en Autriche, où le premier décès européen suite à une thrombose a été enregistré à Zwettl. Les résultats préliminaires de l’autopsie sont également frappants : l’infirmière présentait de multiples thromboses dans tout le corps ainsi que des caillots massifs dans l’abdomen en lien avec un manque de plaquettes sanguines. Au total, dix cas de thrombose grave, dont une thrombose veineuse cérébrale, ont été enregistrés en Autriche à la fin de la semaine précédente, bien qu’ils n’aient pas été officiellement publiés.

Pourquoi cela n’a-t-il pas encore été découvert ?

Malgré tout le drame, la thrombose veineuse sinusale est un événement très rare. Apparemment, il faut vacciner plus d’un million de personnes pour constater cela. Les études cliniques incluent environ 30 000 participants, ce qui est beaucoup, mais statistiquement insuffisant pour détecter de tels cas.

Le vaccin AstraZeneca est-il désormais en cause ?

La causalité ne peut être ni affirmée ni exclue. Plusieurs explications sont envisageables : par exemple, moins de thromboses veineuses cérébrales se sont produites en Angleterre qu’en Allemagne : cinq personnes sur plus de dix millions ont été vaccinées avec AstraZeneca. C’est la seule raison pour laquelle, à la fin de la semaine précédente, l’EMA a pu parler d’un total de 18 thromboses veineuses cérébrales parmi environ 20 millions de personnes vaccinées dans l’UE et en Angleterre – et conclure que l’incidence de fond (deux à cinq pour cent) millions) n’a pas été dépassé. Statistiquement, c’est exact, mais cela ne tient pas compte de l’énorme accumulation en Allemagne. La solution à l’énigme réside peut-être dans le fait qu’en Angleterre, ce sont principalement les personnes âgées qui ont été vaccinées avec le vaccin ; en Allemagne, AstraZeneca n’a pas été initialement approuvé pour elles. Au lieu de cela, l’accent a été mis sur le personnel enseignant, hospitalier et infirmier plus jeune. Il s’agit souvent de femmes et les femmes de ce groupe d’âge présentent un risque plus élevé de thromboembolie. Hypothétiquement, la fréquence différente des cas de maladie dans les deux pays pourrait simplement être due à la composition de la population vaccinée. Mais une pure coïncidence peut aussi jouer un rôle : avec un nombre de cas aussi faible, il suffit que trois cas de plus que la moyenne se produisent en un mois pour faire grimper les statistiques – sans qu’il y ait de raison plausible.

A lire :  Se garer au lieu de se garer : « On ne peut pas commander quelque chose comme ça d’en haut »

Des conjectures en raison du flot de tests faussement positifs à l’école

Von Clémens Neuhold

Existe-t-il un lien plausible avec la vaccination ?

Oui, mais c’est aussi une hypothèse. On rappelle aux médecins les cas d’un phénomène appelé TIH : dans la thrombocytopénie induite par l’héparine, l’organisme réagit à l’héparine administrée pour fluidifier le sang en formant des anticorps contre ses propres plaquettes sanguines (thrombocytes). En conséquence, il a tendance à avoir des vaisseaux sanguins obstrués d’une part et à saigner à mort de l’autre. De telles réactions immunitaires ont également été observées chez des patients Covid. Il serait concevable que la vaccination déclenche une cascade similaire : qu’un composant du vaccin déclenche une réaction de défense, qui à son tour provoque une thrombose. Vendredi dernier, des chercheurs de l’Université de Greifswald ont annoncé avoir prouvé le mécanisme spécifique, comparable à la coagulation du sang lors de la cicatrisation des plaies.

Quel est le résultat de l’évaluation des risques ?

Dans de très rares cas, nous sommes confrontés à une maladie grave, parfois mortelle, qui peut constituer un effet secondaire grave du vaccin. En Allemagne, il existe une accumulation qui dépasse statistiquement l’ampleur attendue ou qui atteint au moins la limite supérieure. Cependant, le risque d’une infection grave ou mortelle au Covid est nettement plus élevé, tout comme le risque de thromboembolie. Même parmi les personnes plus jeunes, qui semblent être les plus touchées par les effets secondaires, environ 0,1 pour cent des personnes infectées meurent du virus : 1 000 personnes par million, tandis que le nombre de thromboses veineuses cérébrales par million est à un chiffre. Le virologue Nowotny ne pense pas que ce soit une bonne idée d’exclure spécifiquement les femmes plus jeunes de la vaccination : les groupes plus jeunes sont particulièrement touchés par la variante britannique du virus, plus contagieuse et plus dangereuse.

Comment qualifier la décision de l’EMA ?

En principe, cela est compréhensible, d’autant plus que l’autorité des médicaments a désormais ajouté un avertissement sur la notice. Pour les patients, cela signifie : Quiconque souffre d’essoufflement, de douleurs à la poitrine ou au ventre, d’un gonflement ou d’un rhume dans les bras ou les jambes, de maux de tête sévères ou d’une vision floue pendant une longue période après la vaccination, ou qui découvre de nombreuses petites ecchymoses, doit consulter un médecin. immédiatement. Cela permet de vérifier s’il y a trop peu de plaquettes sanguines ou d’anticorps qui indiquent une thrombose sinusale extrêmement rare – et également de les traiter.

Laisser un commentaire