Léa

Victor Hugo : poète, visionnaire, homme politique

Victor Hugo était un écrivain, poète, visionnaire et homme politique. Son existence (1802-1885) s’étend sur presque tout le XIXe siècle, et sa vie et son œuvre sont liées aux luttes et aux utopies de son temps. Peu d’écrivains s’identifiaient ainsi à leur époque. Le poète bisançonnais est devenu une légende qui… France célèbre encore aujourd’hui.

Car avant que le père littéraire de Jean Valjean et de Gavroche ne devienne un saint laïc qui luttait pour la justice sociale et demandait l’amnistie des partisans de la Commune de 1871 devant le Sénat, il y eut un autre Hugo. C’était un jeune poète monarchiste qui fut fait pair de Louis-Philippe, le roi citoyen. France avait été nommé. Victor Hugo était un royaliste et l’un des notables d’un régime on ne peut plus conservateur.

La vie en exil

Mais c’est à peine arrivé Victor Hugo Élu représentant du peuple de droite, il commence à découvrir le républicain en lui. Il devient un adversaire impitoyable de Napoléon III. et l’empire. Il s’exile dans les îles normandes de Jersey et plus tard Guernesey. Il n’est revenu que 19 ans plus tard France de retour – en tant que héros et écrivain à succès.

Victor Hugo maîtrisait tous les genres

Victor Hugo était un écrivain qui maîtrisait tous les genres : poésie, roman, pamphlet, essai et journalisme. Seuls quelques-uns avaient ce talent. Peut-on imaginer Balzac ou Stendhal poètes ? Flaubert s’était probablement aventuré dans le monde du théâtre, mais y renonça rapidement. Victor Hugo En revanche, il a été convaincant dans tous les domaines, depuis le roman « Han d’Islande », qu’il a écrit adolescent, jusqu’à « La Fin de Satan » en passant par « à Hernani » aux volumes de poésie « Les feuilles d’automne » et « Les Ch#timents » (poèmes de haine contre Napoléon III).

Une poésie lourde ?

Il y a toujours eu des critiques – à l’époque comme aujourd’hui. Lorsqu’on lui a demandé qui était le plus grand écrivain français André Gilde répondu : « Victor Hugo » Oh mon Dieu !  » On peut aussi penser que celui de Victor Hugo La poésie était incohérente, déséquilibrée et lourde et il lui manquait l’expressivité de Balzac. Mais c’était valable Victor Hugo déjà en tant que maître de son vivant. « Depuis ‘Les feuilles d’automne’ en 1831, à une époque où tout Europe Lecture française, les œuvres proviennent de Hugo à l’étranger, dans Belgiquele Suisse et en Allemagne sur le marché en masse sous forme de copies piratées. Il est également incontestable qu’un succès mondial comme « Les Misérables » en 1862 représente un phénomène », explique Jean-Marc Hovasse, expert chez Hugo.

Laisser un commentaire