Léa

Viennale : Délire sucré

Au moment de mettre sous presse, on ne savait pas encore à quelle vitesse il faudrait procéder cette année pour la vente des billets de la Vienne qui vient de commencer. Les cinémas du centre-ville de Vienne resteront-ils cette année aussi peu fréquentés en raison de la pandémie, comme le montre la vente de billets actuellement fortement réduite dans l’ensemble du secteur culturel ? Ou peut-il s’agir d’une autre Viennele avec la vieille hystérie des festivals et la détermination des dix blocs ? Nous verrons. En tout cas, le Festival international du film de Vienne ouvre ses portes jeudi avec le film primé cette année à Venise, l’adaptation très solide mais légèrement surfaite de « L’événement » d’Annie Ernaux – et sera ensuite projeté dans cinq cinémas pendant dix jours.

Le catalogue et la programmation sont comme d’habitude impressionnants et risquent d’être assez impénétrables pour ceux qui n’ont pas le privilège de se déplacer dans les grands festivals de Berlin à Cannes et de Toronto à Locarno. Voici quelques recommandations rapides et d’autant plus urgentes pour la programmation dense de la Viennale 2021. L’un des films les plus mémorables de cette année est la nouvelle œuvre du spiritualiste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul : « Memoria » est une philosophie, un road movie , étude de la nature et exercice de perception tout en un et tourne autour de Tilda Swinton, qui hallucine des coups de tonnerre et disparaît bientôt dans son inconscient.

Laisser un commentaire