Léa

Yakuza & YouTube : les Journées du cinéma japonais à Vienne

La troisième édition du petit festival Japannual, programmé avec amour et organisé par la Société Austro-Japonaise – se déroulera cette année du 1er au 6 octobre au Filmcasino de Vienne et au Filmhauskino, présente également des films méconnus et de nombreux invités de la monarchie héréditaire. Cela commence par une forte présence féminine : « Blue Hour », le premier film autobiographique de la jeune cinéaste Yuko Hakota, a été choisi comme film d’ouverture – une comédie mise en scène de manière dynamique sur deux jeunes femmes qui partent pour une visite familiale improvisée dans un pays lointain. marque de la province.

De nombreux formats policiers et comiques

Le programme de cette année comprend 28 films, dont un nombre impressionnant de formats policiers et comiques tels que la satire exagérée de Hideki Takeuchi « Fly Me to the Saitama » et le film tueur de bains publics « Melancholic » de Seiji Tanaka, mais offre également un espace pour les Japonais. -Film historique britannique « Samurai Marathon », pour des films d’animation comme « The Wonderland » et des grotesques postmodernistes comme la comédie de Daisuke Ono distillée à partir d’une série YouTube « Astral Abnormal Suzuki-san ».

La quasi-totalité des œuvres présentées lors de ces six jours datent de 2018/19. Comme seul contournement historique, deux films de 1969 du réalisateur-provocateur Kōji Wakamatsu (1936-2012) ont été sélectionnés, que la commissaire Claudia Seifen-Leitich a confrontés avec deux nouvelles œuvres vidéo de dix minutes de l’artiste Yuri Muraoka, né en 1981. . « Violent Virgin » et « Running in Madness, Dying in Love » de Wakamatsu parlent tous deux de sexe, de violence et de politique punk anti-autoritaire, traitements métaphoriques des états psychologiques extrêmes dans l’œuvre de Muraoka.

A lire :  Max Richter joue Vivaldi Recomposed et The Blue Notebooks à Cracovie

Laisser un commentaire